« Sortir, annoncer l'Evangile dans les périphéries »

Appel du pape François, par le card. Filoni

Rome, (Zenit.org) | 1091 clics

« Le nouveau pape nous a dit que l’évangélisation suppose le zèle apostolique. Et qu’il faut sortir, aller en direction de ceux qui sont dans le besoin, annoncer l’Évangile dans les périphéries », rapporte le cardinal Filoni dans une dépêche de l’agence vaticane Fides.

Le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, a évoqué le conclave au lendemain de l’élection du pape François, le 14 mars, dans le cadre d’une rencontre au sein de son dicastère.

Il a rapporté des paroles du pape François, soulignant que « l’évangélisation suppose le zèle apostolique. Et qu’il faut sortir, aller en direction de ceux qui sont dans le besoin, annoncer l’Evangile dans les périphéries ».

« Aujourd’hui, nous sommes appelés à faire nôtre cette intuition. Même si parfois, nous pouvons être fatigués, nous sommes appelés à toujours annoncer l’Évangile, surtout avec zèle, ce qui signifie avec amour », a poursuivi le cardinal.

Le nouveau pape, a-t-il ajouté, « nous a exhortés à sortir de nous-mêmes, à ne pas céder aux tentations d’autoréférentialité mais à aller vers les nécessiteux, à porter une annonce de joie et d’espérance à toutes les réalités marquées par la misère matérielle et spirituelle ».

Aussi les chrétiens engagés dans l’œuvre d’évangélisation, peuvent « apporter [leur] contribution au ministère pétrinien, en continuant à [se] prodiguer avec générosité et amour », a déclaré le cardinal.

Il s’est également arrêté sur le conclave, témoignant de son vécu personnel : « Cela a été très émouvant, parce que l’on ressent une grande responsabilité. Nous, cardinaux, avons indiqué et non pas élu le nouveau pape, choisi par Dieu. Si Mère Teresa priait d’être « un crayon entre les mains de Dieu », pour moi, avoir été un petit trait dans le dessein de Dieu lors de cette élection a représenté une expérience unique ».

Pour le cardinal, le nom de François choisi par le pape en référence à saint François d’Assise « est significatif de sa profonde humilité ».