Soudan : Lettre du card. O'Brien à la veille du référendum

Il demande une intervention conduite par les Nations unies

| 1256 clics

ROME, Jeudi 23 décembre 2010 (ZENIT.org) - Dans une lettre au ministre des affaires étrangères britannique, le cardinal Keith O'Brien, archevêque de St Andrews et Edimbourg, avertit d'un « potentiel de violence diffuse » dans le Sud Soudan suite au référendum sur l'indépendance du Nord, prévu le 9 janvier prochain.

Dans une lettre ouverte à William Hague, l'archevêque demande au gouvernement britannique d'agir dans le contexte des croissantes préoccupations que suscite la consultation électorale, désormais proche.

Dans le sillage d'une déclaration commune des évêques du Soudan, parue le mois dernier, le cardinal demande une intervention internationale conduite par les Nations unies de manière à garantir un bon déroulement du scrutin et la publication juste et honnête des résultats.

« J'écris pour faire part de mes préoccupations face au risque de violence diffuse qui pourrait se déclencher dans le Sud Soudan si la conduite du référendum ne devait pas se révéler conforme aux principes reconnus au niveau international », écrit le cardinal dans sa lettre. Il demande au gouvernement de faire de la solution du conflit au Sud Soudan une priorité.

En dépit de quelque progrès concernant l'enregistrement des électeurs, le cardinal O'Brien déplore « un manque extrême de progrès dans la préparation du référendum ».

Dans sa lettre, le cardinal O'Brien rappelle les développements préoccupants signalés, le 14 novembre dernier, dans la déclaration des évêques catholiques du Soudan comme : la concentration de troupes dans les zones de frontière, la « manipulation » politique du référendum et les graves retards.

La déclaration parlait de menaces à l'encontre de soudanais du sud qui vivent dans le nord du pays, et que l'évêque soudanais de Tombura-Yambo, Mgr Edward Hiiboro Kussala, a lui-même évoquée lors de son voyage au Royaume-Uni, le mois dernier.

Ce dernier avait dit craindre des attaques de la part des rebelles de l'Armée de résistance du seigneur (LRA).

Les actions de la LRA, d'origine ougandaise, couvrent une vaste zone de territoire qui va du Sud Soudan au Sud-Est de la République centrafricaine, en passant par le Nord-Est de la République démocratique du Congo.

Lors du Noël 2008, les combattants ont lancé une série d'attaques contre des villages de la province de l'Equatoria, tuant 900 personnes et en enlevant 700 autres.

Le référendum de janvier est un point central de l'Accord global de paix (Comprehensive Peace Agreement, CPA) de 2005, signé par le gouvernement basé à Khartoun du président Omar al-Bashir et les rebelles du Sud, de l'Armée et Mouvement de libération des populations du (SPLA/M).

L'accord prévoit un partage du pouvoir de six ans entre le gouvernement de Bashir et la SPLA/M, et le droit à l'auto-détermination du Sud Soudan.