Spécial Pompéi : Le déroulement de toute la célébration, le 7 octobre

| 1708 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 5 octobre 2003 (ZENIT.org) - A l’occasion de la fête de Notre-Dame du Rosaire et de la visite de Jean-Paul II au sanctuaire de Pompéi, mardi prochain, 7 octobre, les fidèles sont invités à méditer les mystères lumineux du Rosaire avec le pape en priant pour la paix dans les 5 continents.



Ils sont aussi invités, à l’issue de la célébration, à réciter à cette même intention la Supplique à la Vierge écrite par le fondateur du sanctuaire de Pompéi, le Bienheureux Bartolo Longo et citée par le pape dans sa lettre apostolique sur le Rosaire (16 octobre 2002). Pour les autres citations du bienheureux dans la lettre de Jean-Paul II, voir Zenit le 23 septembre (ZF030923).

Voici, pour aider les media qui suivront la célébration en direct et pour les fidèles, le déroulement de la célébration de Pompéi établie principalement d’après les indications du Bureau des célébrations liturgiques pontificales :

PRESENTATION
Le 21 octobre 1979, un an après le début de son pontificat, Jean-Paul II a fait sa première visite apostolique à Pompéi. L’année suivante (26 octobre 1986), ce fut la béatification de Bartolo Longo.
Le Successeur de Pierre revient le 7 octobre à Pompéi à la conclusion de sa XXVe année de pontificat. Il y va à l’occasion de la fête de Notre-Dame du Rosaire, en liaison avec la lumineuse journée du 16 octobre de l’an dernier, lorsque, ayant auprès de lui Place St Pierre l’icône de la Vierge de Pompéi, il a signé la Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae et a proclamé l’année du Rosaire.
L’année du Rosaire a produit une redécouverte ce cette prière en la faisant apprécier comme parcours contemplatif , plongée dans le mystère, chemin d’annonce de la foi.
A Pompéi, le Rosaire est chez lui. Tout, ici, renvoie à cette prière.
Le cadre de l’antique cité détruite par le Vésuve est suggestif : il symbolise la tragédie humaine mais c’est aussi un vaste espace culturel et de rencontre entre les peuples. Sur les restes de la Pompéi archéologique – une ville comme ressuscitée de ses cendres – la spiritualité du Rosaire se comprend comme annonce du Christ, résurrection et vie de l’homme.
La Pompéi mariale a son centre dans le splendide sanctuaire érigé par le Bx Bartolo Longo, sanctuaire qui est une invitation au Rosaire comme l’école de Marie aux pieds de laquelle nous apprenons à entrer, pas à pas dans le mystère du Christ.
Ce qui est également stimulant c’est le grand ensemble de charité que le Bx a réalisé en faveur des enfants dans l’ouvre des orphelins et des enfants des prisonniers. Aujourd’hui, Pompéi est engagée dans différentes œuvres de solidarité. Un centre qui a reçu le nom de Jean-Paul II est dédié à l’enfant et à la famille.
Un autre élément significatif, le « Monument à la paix universelle » selon le tire que Bartolo Longo a voulu inscrire sur la façade du sanctuaire.
Le Rosaire pour la paix que le pape vient prier à Pompéi se situe dans ce cadre là.

STRUCTURE de la visite de Jean-Paul II
La célébration comportera 7 moments.
I. Introduction
La célébration commence par un chant alors que le Saint-Père arrive sur le parvis de la basilique. Puis Mgr Domenico Sorrentino adressera un discours de bienvenue au pape. Mgr Sorrentino a été récemment nommé Secrétaire de la congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements. Il est le Délégué pontifical pour le sanctuaire de Pompéi et il a été ordonné évêque par JP II lui-même en l’an 2000.
On chante ensuite l’invocation tirée du Ps 69 (Dieu vient à mon aide) "Deus in adiutorium meum intende". Le pape dit une « monition » introductive. L’ oraison est ensuite tirée du Missel de la Vierge Marie (formulaire de Notre-Dame de Cana), recueille les intentions de prière des fidèles et ouvre à la contemplation des mystères de la vie publique du Christ.
II. Méditation des mystères du Rosaire
On méditera les Mystères de Lumière, de la façon suivante:
-Enonciation du mystère
- Proclamation de l’Evangile: un lecteur proclame le passage de l’Evangile correspondant à la méditation
- Pause silencieuse : l’assemblée médite le mystère
- Brève monition: l’assemblée est invitée à prier pour un continent
-Chant d’un refrain : un représentant du continent allument pendant ce temps là un des 5 cierges placés devant l’icône de la Vierge

-Prière du Seigneur de la manière suivante : un laïc adulte, un père de famille, un jeune, un religieux, un prêtre, prononcent la première partie du Notre Père, prière sur laquelle se fonde la méditation christologique et mariale du rosaire. L’assemblée répond par la prière de la seconde partie.
-Les 10 Ave Maria sont l’élément qui forment le corps du chapelet. Ils ont récités par une laïque adulte, une mère de famille, une jeune fille, une religieuse, un séminariste. Pour mettre en évidence le nom de Jésus, et évoquer le mystère que l’on médite, on ajoute à la première partie de l’Ave Marie une clausule christologique. L’assemblée répond par la récitation de la seconde partie de la prière.
- Louange à la Trinité: la doxologie trinitaire, sommet de la contemplation des mystères, est chantée par le chœur et par l’assemblée debout.
-Prière conclusive du mystère : pour exprimer avec davantage d’efficacité le lien entre le Rosaire et la vie chrétienne, la personne qui guide l’assemblée et les fidèles prononcent ensemble la prière demandant d’obtenir les fruits spécifiques de la méditation de ce mystère.
III. Discours du Saint Père
A la fin de la récitation du chapelet, le pape s’adresse aux fidèles présents.
IV. Récitation de la Supplique à la Bienheureuse Vierge Marie
Le délégué pontifical introduit par quelques mots la récitation de la Supplique écrite par le Bx Batolo Longo en 1883. Il y invoque la Vierge en tant que Reine des Victoires et Mère de Miséricorde. Elle est dite par toute l’assemblée.
Voici le texte français (JP II la cite dans Rosarium Virginis Mariae) : (n. 43) :
« Que mon appel ne reste pas lettre morte! Au début de la vingt-cinquième année de mon Pontificat, je remets cette Lettre apostolique entre les mains sages de la Vierge Marie, m'inclinant spirituellement devant son image dans le splendide sanctuaire qui lui a été édifié par le bienheureux Bartolo Longo, apôtre du Rosaire. Je fais volontiers miennes les paroles touchantes par lesquelles il termine la célèbre Supplique à la Reine du Saint Rosaire:
" Ô Rosaire béni par Marie, douce chaîne qui nous relie à Dieu, lien d'amour qui nous unit aux Anges, tour de sagesse face aux assauts de l'enfer, havre de sécurité dans le naufrage commun, nous ne te lâcherons plus. Tu seras notre réconfort à l'heure de l'agonie.
À toi, le dernier baiser de la vie qui s'éteint.
Et le dernier accent sur nos lèvres sera ton nom suave, ô Reine du Rosaire de Pompéi, ô notre Mère très chère, ô refuge des pécheurs, ô souveraine Consolatrice des affligés.
Sois bénie en tout lieu, aujourd'hui et toujours, sur la terre et dans le ciel ". »
V. Vénération de l’icône de la Vierge du Rosaire
A la fin de la Supplique, et après l’invocation au Bienheureux Bartolo Longo, le chœur et l’assemblée chantent le Salve Regina, tandis que des représentants des 5 continents apportent des bouquets de fleurs. Le délégué pontifical encense l’icône.
VI. Bénédiction du Saint Père
Le Saint Père conclut la célébration par la bénédiction apostolique.
VII. Chant final
Au moment où le Saint Père quitte le parvis du sanctuaire, le choeur et les fidèles chantent le chant final.