Sri Lanka : Après la guerre les inondations

Plus d’un million de personnes touchées par les fortes pluies de mousson

| 1716 clics

ROME, Vendredi 21 janvier 2011 (ZENIT.org) - Caritas Sri Lanka aidera 100.000 personnes au Sri Lanka alors que le pays fait face à « la plus importante catastrophe naturelle depuis le tsunami de 2004 », souligne un communiqué de l'organisme international, affirmant que plus d'un million de personnes ont été touchées par les fortes pluies de mousson qui se sont abattues sur plusieurs régions de l'est du pays.

Les districts les plus touchés sont : Batticaloa, Trincomalee et Amparai pour lesquels la caritas entend lancer un appel de fonds. Mais le nord et le centre du pays sont également frappés par les intempéries.

«Certaines régions sont difficiles d'accès et des personnes sont bloquées », souligne le père George Sigamoney, secrétaire général de caritas Sri Lanka. « Les rivières sortent de leur lit, les digues cèdent et les principales routes sont inutilisables ».

Actuellement, caritas Sri Lanka aide environ 75.000 personnes en distribuant des repas et de l'eau potable et en dispensant des soins de santé.



Un appel sera lancé sous peu pour aider 25.000 personnes à Jaffna, Batticaloa et Trincomalee, Kandy, Badualla et Anuradhapura. Les sinistrés recevront des colis alimentaires contenant du riz, de la farine et autres denrées ainsi que des produits d'hygiène.

Environ 850 familles recevront du matériel de base leur permettant de se construire des abris temporaires. L'aide visera en priorité les personnes âgées ou à mobilité réduite et les ménages dirigés par une femme.

« Des milliers d'hectares de rizières pour lesquels la récolte était prévue dans les prochaines semaines ont été détruits. Ceci entraînera des pénuries et fera exploser les prix dans l'ensemble du pays. Les pauvres auront encore plus de difficultés à acheter de la nourriture », a fait savoir le père Sigamoney qui s'est dit « très inquiet » pour les populations déjà éprouvées par près de trois décennies de guerre.

La guerre, qui a pris fin en mai 2009, a fait des centaines de milliers de déplacés et détruit un grand nombre de bâtiments. Presque toute l'infrastructure a été détruite dans le nord du pays.