« Ste Thérèse de Lisieux en pèlerinage en Israël », titre l’ambassade

Un « pont de paix », estime Mgr Shomali

| 1794 clics

ROME, Mardi 15 mars 2011 (ZENIT.org) - « Ste Thérèse de Lisieux en pèlerinage en Israël », titre l'ambassade d'Israël près le Saint-Siège qui annonce l'arrivée des reliques de la sainte - « moniale carmélite canonisée par Pie XI et proclamée docteur de l'Eglise par Jean-Paul II » le 14 mars en Israël, en provenance de Bruxelles.

Le communiqué de l'ambassade souligne qu'il s'agit d'un « exemple de la liberté religieuse en Israël » et précise que les reliques ont été accueillies à l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv par le nonce, Mgr Antonio Franco, par Mgr William Shomali, vicaire du patriarche latin de Jérusalem Mgr Fouad Twal, et par le chef du département pour les Affaires religieuses du Ministère israélien des Affaires étrangères, l'ambassadeur Bahig Mansour.

« C'est un événement de foi et de dévotion qui vise à aider les gens à être meilleurs et à mieux vivre, dans leur vie sociale, dans la vie communautaire, et dans la vie spirituelle », a déclaré Mgr Franco, cité par la même source.

Mgr William Shomali du patriarcat latin a pour sa part remercié le Département pour les Chrétiens du ministère de l'Intérieur d'avoir facilité le pèlerinage en déclarant à l'Associated Press : « Ils ont compris, a-t-il dit, qu'il s'agissait de spiritualité et de paix, et pas de politique ».

Les reliques ont tout d'abord été transportées à la résidence apostolique, et mercredi elles seront à la co-cathédrale du patriarcat.

De son vivant, Thérèse de Lisieux - morte en 1897 - n' a pas pu faire le pèlerinage de Jérusalem. Mais ce pèlerinage de ses reliques en Israël, en Palestine et dans la Bande de Gaza sera d'environ deux mois, traçant ainsi comme un "pont de paix", selon l'expression de Mgr Shomali.

Les reliques partiront ensuite pour l'église de la Vierge du Mont Carmel de Haïfa, lieu originaire de la spiritualité carmélitaine.

Le jour de l'Annonciation, le 25 mars, le reliquaire sera à Nazareth, justement, en la basilique de l'Annonciation.

Le pèlerinage culminera avec la semaine sainte : les reliques seront à Bethléem, puis de nouveau à Jérusalem, sur les lieux de la passion de Jésus. Le pèlerinage atteindra aussi des villes de Galilée et de Palestine, précise le même communiqué.

« Tout cela a requis une organisation très compliquée et scrupuleuse, qui est un excellent exemple de la liberté religieuse en Israël, comme l'a rappelé l'ambassadeur d'Israël près le Saint-Siège, S.E. Mordechay Lewy ».

L'ambassadeur a en effet déclaré : « C'est une entreprise compliquée du point de vue de la logistique, du fait des contrôles dans les aéroports, sur l'avion, et à l'arrivée : ils doivent être préparés à l'avance avec grand soin. Ceci tout en maintenant toujours un haut niveau de considération et de respect ».

L'ambassadeur Bahig Mansour a lui aussi contribué à prévenir tout danger et le moindre incident.

Le directeur du département pour les chrétiens du Ministère de l'Intérieur, Cesare Marjieh a pour sa part évoqué un « événement sans précédent » le comparant à l'importance d'une visite papale : « C'est très important pour le Vatican, a-t-il déclaré au Jerusalem Post, et les reliques s'arrêteront dans les plus grandes communautés chrétiennes. Nous sommes heureux de pouvoir les aider et faire en sorte qu'elles puissent honorer les reliques ».

En août, précise toujours l'ambassade, les reliques partiront pour la Journée mondiale de la Jeunesse de Madrid.

Anita S. Bourdin