Suisse : Quatre évêques participeront aux obsèques de Jean-Paul II

Hommage à Jean-Paul II

| 1425 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 5 avril 2005 (ZENIT.org) – Une délégation de quatre évêques suisses participera aux obsèques de Jean-Paul II à Rome, vendredi prochain : Mgr Amédée Grab, OSB, Mgr Kurt Koch, Mgr Pier Giacomo Grampa et Mgr Pierre Bürcher.



La célébration publique sera retransmise en direct sur à la télévision suisse « TSR 2 ».

D’autre part, le Nonce Apostolique en Suisse, Mgr Francesco Canalini, présidera la célébration publique à l’église de la Trinité à Berne jeudi 7 avril à 18h00. Concélèbreront entre autres les évêques diocésains Mgr Amédée Grab OSB – qui prononcera l’homélie – Mgr Kurt Koch, Mgr Ivo Fürer, Mgr Bernard Genoud et le Père Abbé Martin Werlen OSB.

Les évêques suisses veulent « rendre grâce pour le service rendu par le Pape Jean-Paul II à l’Eglise et au monde pendant plus de 25 ans de pontificat ».

Un livre de condoléances est à disposition pour tout le monde à la Nonciature (Thunstrasse 60, Berne) depuis lundi 4 avril et ceci jusqu’à mercredi, 6 avril (les horaires d’ouverture de la Nonciature sont de 10h à 12.30h et de 14.30h à 17h). Pendant la cérémonie le livre de condoléances sera à disposition pour les signatures dans l’église de la Trinité.

A la célébration publique à Berne seront représentés aussi le Conseil fédéral et d’autres autorités nationales ainsi que le Corps diplomatique.

Le communiqué précise : « Tous et toutes sont cordialement conviés à l’église de la Trinité. Cette cérémonie nationale sera retransmise en direct sur TSR 2 ».

A la nouvelle du passage de ce monde à l’autre du pape Jean-Paul II, les évêques de Suisse lui avaient rendu hommage en disant : « Nous sommes reconnaissants pour le service que notre Pape Jean-Paul II a rendu à l'Eglise et à l'humanité pendant plus de 25 ans : son apostolat a été une bénédiction de Dieu visible pour le monde entier. Son intervention sur la scène politique mondiale a essentiellement contribué à la disparition définitive du rideau de fer et à la réconciliation de puissances jadis ennemies. Son engagement imperturbable, ses exhortations et son exemple personnel pour la réalisation de la paix entre les peuples et les religions ont donné à ce pontificat une importance hors pair dans l'Histoire ».

Ils citaient son discours inaugural: « N'ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! A sa puissance salvatrice ouvrez les frontières des Etats, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement ! N'ayez pas peur ! Le Christ sait ce qu'il y a dans l'homme ! Et lui seul le sait ! »

Pour les évêques, le pape Jean-Paul II « a été accompagnateur et avocat des pauvres ».

« Sa confiance dans la jeunesse a convaincu tous les cœurs et n'a laissé personne insensible à ses appels réitérés, ajoutaient-ils : "Vous êtes l'espérance de l'Eglise et du monde. Vous êtes mon espérance". »

La famille aussi a été dans ses priorités, continuaient les évêques : « Il s'est aussi infatigablement engagé pour la famille, dans laquelle il voyait l'une des valeurs les plus précieuses de l'humanité, mais aussi l'une des plus menacées ».

« Il a toujours tenu comme un devoir de l'Eglise de se confronter avec les exigences du quotidien économique, politique, culturel et social. Il était conscient qu'un monde en mutation rapide a besoin d'indicateurs éthiques. Les réponses à ce besoin, il les trouvait dans la vérité et l'amour du Christ pour chacun et chacune », soulignait leur déclaration.

Mais les évêques mentionnaient aussi le mea culpa pour les fautes des fils de l’Eglise : « Il a eu le courage de reconnaître les fautes de responsables de l'Eglise dans le passé jusqu'à demander pardon pour les injustices commises ».

Il citaient le maître mot de Jean-Paul II, le « dialogue », en disant : « Le dialogue avec des hommes qui pensent différemment lui tenait à cœ ur; il a respecté et pris au sérieux leurs opinions. Le mouvement œcuménique et le droit fondamental à la liberté religieuse ont été l'une des plus importantes préoccupations de son pontificat. Malgré les difficultés, ses efforts pour l'œcuménisme ont traversé son activité comme un fil rouge ».

Ad « intra », ils notaient : « Il a inlassablement revendiqué le renouveau intérieur de l'Eglise, la conversion dans la foi et par conséquent l'annonce sans équivoque de l'amour de Dieu dans notre monde ».

Ils concluaient : « Nous aussi, évêques suisses, sommes reconnaissants au Pape pour son témoignage personnel, son amour de l'Eglise et son courage de la vérité en vue du bien de chacun et de toute la société. Son engagement pour défendre la dignité de la vie humaine a été exemplaire ».

Avec cette recommandation finale : « Nous appelons chaque paroisse et chaque fidèle en Suisse à faire mémoire dans la prière et l'Eucharistie de ce grand serviteur de Dieu qu’a été notre Saint-Père, le Pape Jean-Paul II ».

Les évêques ont fait sonner les cloches de toutes les églises du pays dimanche, à 8h00.