Synode pour le Moyen-Orient : Pour la liberté religieuse des chrétiens

Appel à un soutien matériel et moral

| 2362 clics

ROME, Mardi 8 février 2011 (ZENIT.org) - Le Conseil pour le Moyen-Orient du Synode des évêques appelle à soutenir les communautés chrétiennes de la région matériellement, moralement et quant à leur liberté de culte et de religion.

La seconde réunion du Conseil spécial pour le Moyen-Orient du Synode des évêques s'est en effet tenue les 20 et 21 janvier à Rome, sous la présidence du secrétaire général, Mgr Nikola Eterovic.

Les travaux ont notamment porté sur les documents synodaux, en vue du futur document post-synodal de Benoît XVI, indique un communiqué du secrétariat du synode publié ce 8 février en italien par la salle de presse du Saint-Siège et qui donne la liste des participants.

Les participants de la réunion n'ont pas manqué de mentionner les tensions qui agitent actuellement la région et la façon dont les communautés chrétiennes sont particulièrement visées par les violences : elles sont besoin de « soutien matériel et moral et ont le droit d'exercer leur liberté de culte et de religion », insiste le communiqué.

« Le respect pour les communautés chrétiennes aide à éteindre les éventuels foyers anti-chrétiens du Moyen Orient, à arrêter l'émigration des chrétiens de la région, leur terre natale, et favorise le bien commun », déclare le conseil post-synodal.

Avant le travail en groupes, le secrétaire général a exposé une « synthèse » des sujets traités dans les « Propositions » de l'assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du synode des évêques, de façon à offrir au conseil un texte qui serve de base immédiate au débat.

Il a aussi invité les membres à intervenir pour donner un écho à la réception du « Message » de l'assemblée d'octobre 2010 et des autres documents dans la situation ecclésiale, politique et sociale actuelle.

Le communiqué note qu'ils sont entrés dans les programmes des médias locaux grâce à Internet, à Radio Vatican ou à « Noursat » et à la « Voix de la Charité ».

Le Message et les autres documents ont également fait l'objet de traductions pour promouvoir des conférences, des études, des débats, pour le clergé, les religieux et les laïcs, a ajouté la même source.

Le Message a également été remis par les pères synodaux à des personnalités politiques.

Le communiqué fait état d'un congrès international qui a eu lieu en Syrie sur « l'état actuel des relations entre l'islam et le christianisme » surtout dans les pays arabes.

A Jérusalem, une rencontre a été organisée par le « Centre de Jérusalem pour les relations entre juifs et chrétiens » (« Jerusalem Center for Jewish-Christian Relations ») et le « Conseil de coordination interreligieuse » (« Interreligious Coordinating Council »), de façon à favoriser l'échange entre juifs et chrétiens à partir d'une « information objective sur l'assemblée synodale ».

En milieu chrétien, des rencontres œcuméniques - notamment avec des Orthodoxes - et des sessions de dialogue entre musulmans et chrétiens ont attiré de nombreux participants.

Ces contacts ont suscité une grande attente quant à la publication de l'exhortation apostolique post-synodale de Benoît XVI.

Après le débat général, les travaux se sont poursuivis en groupes linguistiques pour approfondir les sujets abordés et pour mettre au point une « méthode d'étude complète et fidèle » des indications des pères synodaux.

Ils ont donc analysé les « Propositions » (qui avaient été votées par le synode) et les autres documents, y compris ceux qui ont été diffusés pendant la durée du synode, pour en faire une synthèse et un « schéma logique compréhensible ».

La réunion s'est achevée par l'invocation de l'intercession de la Vierge Marie « reine de la Paix » « afin que le Moyen-Orient et les régions limitrophes obtiennent le don de la paix dans la justice pour tous ».

La prochaine réunion a été fixée aux 30 et 31 mars 2011.

Anita S. Bourdin