Syrie: appel du pape François à l'occasion de "Genève II"

Pour la fin du conflit et la réconciliation

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 518 clics

Le pape François appelle à la fin des violences en Syrie et à la réconciliation, à l'occasion de l'ouverture aujourd'hui, 22 janvier, à Montreux, en Suisse de la conférence internationale de Genève II.

Le pape a lancé cet appel en italien, au terme de l'audience générale de ce mercredi, place Saint-Pierre, devant quelque 13 000 visiteurs du monde entier.

"Une conférence internationale de soutien à la paix en Syrie s'ouvre aujourd'hui à Montreux, en Suisse, et elle sera suivie de négociations qui se dérouleront à partir du 24 janvier", a rappelé le pape.

Il a dit sa prière pour la fin du conflit: "Je prie le Seigneur de toucher les coeurs de tous pour qu'en cherchant uniquement le plus grand bien du peuple syrien, si éprouvé, ils n'épargnent aucun effort pour arriver de façon urgente à la cessation de la violence, et à la fin du conflit, qui a déjà causé trop de souffrances." On estime que cette guerre civile a fait quelque 140 000 morts.

Plus encore, le pape appelle à la réconciliation entre tous les Syriens: "Je souhaite à la chère nation syrienne un chemin décisif de réconciliation, de concorde et de reconstruction, avec la participation de tous les citoyens, où chacun puisse trouver dans l'autre non pas un ennemi, non pas un concurrent, mais un frère à accueillir et à embrasser."

Le Saint-Siège a été invité à participer à la conférence de Genève II et sa délégation est composée de Mgr Silvano Tomasi, représentant du Saint-Siège au Bureau des Nations Unies et des institutions spécialisées à Genève et de Mgr Alberto Ortega Martin, official de la Secrétairerie d'Etat, a précié le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi.

Le pape François et le Saint-Siège ne cesse de réclamer deux choses pour commencer: le cessez-le-feu et des couloirs humnaitaires.

Ils invitent aussi la communauté internationale à cesser de fournir des armes aux belligérants.

Après l'initiative de prière et de jeûne pour la paix du 7 septembre dernier, le Saint-Siège mobilise sa diplomatie ne vue d ela paix et le pape ne cesse de lancer de nouveau appels dans ce sens: message de Noël, le 25 décembre, discours au Corps diplomatique, du 13 janvier.

Une conférence a également été organisée au Vatican par le Conseil pontifical pour le dialogue interrreligieux et l'Académie pontificale des sciences sociales, le 13 janvier, en vue de préparer Genève II. Le cardinal Tauran insistait: non aux armes, oui à l'aide humanitaire.