Syrie/Eglises orientales: "On a trop attendu pour appliquer Vatican II"

Par le patriarche d´Antioche des Grecs-Melkites, Grégoire III Laham, B.S.

| 897 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 5 octobre 2001(ZENIT.org) - "On a attendu trop longtemps pour appliquer les décrets de Vatican II, et les Encycliques et Lettres des Papes, et notamment du Pape Jean Paul II", affirmait, le 4 octobre, après-midi, le patriarche d´Antioche des Grecs-Melkites, Grégoire III Laham, B.S., (Syrie).



Le patriarche, on s´en souvient, a accueilli Jean-Paul II à Damas en mai dernier, ce qui a été une occasion pour lui de lancer un appel en faveur de l´unité. Dans son intervention, le patriarche a exprimé son point de vue avec beaucoup de franchise, espérant voir "l´ecclésiologie romaine" s´ouvrir à "l´ecclésiologie orientale" pour favoriser le dialogue œcuménique". Or l´œcuménisme en effet, le voyage de Jean-Paul II l´a manifesté, se vit autrement dans les Eglises arabes du Moyen Orient et en Europe occidentale. Les jeunes, en particulier l´ont montré.

"Il n´est pas correct d´inclure le Synode Patriarcal sous le titre des Conférences Episcopales, disait-il d´emblée. Il s´agit d´un organisme absolument distinct. Le Synode Patriarcal est l’instance suprême de l´Eglise orientale. Il peut légiférer, élire les évêques et les Patriarches, trancher les différends".

Autre point de désaccord avec "l´instrumentum": "On parle au n° 75 de l’"honneur particulier" rendu au Patriarche. Je voudrais noter, continue le patriarche, que c´est diminuer le rôle traditionnel du Patriarche, que de parler dans les documents ecclésiastiques de l’honneur et des privilèges des Patriarches. Il ne s´agit pas d´honneur, de privilèges, de concessions. L´institution patriarcale est une entité spécifique unique de l’ecclésiologie orientale".

Nous laissons la parole au patriarche Laham qui emploie des phrases bien frappées:

"Avec tout le respect dû au ministère pétrinien, le ministère patriarcal en est l’équivalent, "servatis servandis", dans l’ecclésiologie orientale". "Tant que cela n´est pas pris en considération par l’ecclésiologie romaine, il n´y aura pas de progrès dans le dialogue œcuménique".

"De plus, le ministère patriarcal n´est pas une création romaine, il n´est pas le fruit de privilèges, concédés au octroyés par Rome". "Une telle conception ne peut que ruiner toute entente possible avec l´Orthodoxie".
"Nous réclamons cela aussi pour notre Eglise Patriarcale Melkite et pour toutes nos Eglises orientales catholiques".

Il déplore: "On a attendu trop longtemps pour appliquer les décrets de Vatican II, et les Encycliques et Lettres des Papes, et notamment du Pape Jean Paul II".

Il dit l´enjeu: "Ceci fait perdre toute crédibilité en la bonne volonté de l´Eglise de Rome dans le dialogue œcuménique". "On voit juste le contraire se produire : le CCEO [Code de droit canonique pour les Eglises orientales, ndlr] a entériné des usages absolument contraires à la tradition et à l’ecclésiologie orientale".