Syrie : permettre aux enfants déplacés et réfugiés de continuer l'école

Caritas Liban rencontre Cor Unum

| 876 clics

Anita Bourdin 

ROME, vendredi 9 novembre 2012 (Zenit.org) – Permettre aux enfants déplacés et réfugiés de continuer leur cursus scolaire est l’une des priorités fixées lors de la rencontre de Caritas Liban avec le Conseil pontifical Cor Unum sous la présidence du cardinal Sarah ce 9 novembre.

“Je continue à suivre avec grande attention la situation tragique du conflit violent en Syrie, où les combats n’ont pas cessé, et chaque jour le nombre de victimes augmente, accompagné de la souffrance des civils, spécialement ceux qui ont été forcés à abandonner leurs maisons » : par ces mots, Benoît XVI a élevé encore une fois la voix pour la paix en Syrie, mercredi dernier, 7 novembre, à l’occasion de l’audience générale (cf. Zenit du 7 novembre 2012), rappelle un communiqué de Caritas Liban adressé à Zenit ce 9 novembre.

Le pape a ainsi délégué le cardinal Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum pour présider la réunion de partage et de coordination de toutes les organisations catholiques de Charité, œuvrant en Syrie et dans les pays voisins.

A l’issue de cette rencontre tenue le 9 novembre 2012 au siège central de Caritas Liban, les 45 participants représentant la Hiérarchie ainsi que les 26 organisations humanitaires ont tenu à tout d’abord à « remercier Sa Sainteté pour l’intérêt qu’il porte au Moyen-Orient en général, et à la Syrie en particulier dans cette situation de crise ainsi que pour son affection  portée aux organisations catholiques de charité qui travaillent ensemble au nom de l'Église ».

Il ont aussi voulu « rejoindre la hiérarchie catholique de Syrie et le peuple Syrien dans l’expression de leur reconnaissance pour l’action entreprise par le Saint Père ».

Ils affirment « réitérer leurs remerciements au Saint-Père et aux Pères synodaux pour  leur don d’un million de dollars américains » pour secourir les réfugiés.

Ils tiennent aussi à « réaffirmer leur engagement en tant qu'Église dans l’action de secours enracinée dans la charité et la promotion de la réconciliation ».

Et les discussions des sujets abordés ont abouti à plusieurs recommandations. Tout d’abord, de « continuer le travail social au bénéfice des populations vulnérables dans et en dehors de la Syrie, de toute dénomination religieuse, pour alléger leur souffrance, ainsi que l’assistance qui leur est offerte, telles que l’aide alimentaire, médicale, psycho-sociale et spirituelle mais aussi l’aide au logement et à la préparation à l’hiver ».

Par ailleurs, les participants ont insisté sur « la nécessité de continuer les efforts visant à permettre aux enfants déplacés et réfugiés de continuer leur cursus scolaire, retrouver une normalité dans leur quotidien et s’adapter à leur communauté d’accueil ».

Deuxième recommandation : « Instaurer un système de coordination efficace entre les organisations humanitaires catholiques pour unifier l’approche sur le terrain et leurs critères d’aide, et renforcer l’esprit de communion de l’Église Catholique ».

Troisième recommandation : « Coordonner le travail avec les autorités civiles, les instances et les organisations internationales pour améliorer, à tous les niveaux, la réponse sur le terrain et mieux cibler sa mise en œuvre ».

Quatrième recommandation : « Rester ouverts à toutes les ONG intéressées à jouer un rôle dans la réponse d’urgence face à la crise en Syrie et coordonner avec tous les intervenants, gouvernementaux et non gouvernementaux, présents et actifs dans ce secteur ».

L’accent a été mis, souligne le communiqué, « sur l’importance de la coordination entre les différentes parties prenantes afin de combler les vides et les besoins des personnes vulnérables fuyant la guerre qui ravage la Syrie ».

Dans leur action, les participants rejoignent le Saint-Père dans ses prières pour la paix et son appel à toutes les factions en conflit à « ne pas épargner leurs efforts dans la recherche de la paix, et à poursuivre, à travers le dialogue, les voies qui conduisent à un vivre- ensemble juste en vue d’une solution politique adéquate du conflit », conclut le communiqué.