Syrie : réduire les armes au silence

Appel du Saint-Siège à surmonter le pessimsisme

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 425 clics

Les victimes innombrables du conflit syrien appellent la communauté internationale à « surmonter le pessimisme » et à travailler pour « réduire les armes en silence » et privilégier « le dialogue et la réconciliation » dans le pays, déclare le Saint-Siège.

Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies à Genève, est intervenu lors de la 23e Session du Conseil des droits de l’homme, hier, 29 mai 2013, au cours du débat urgent sur « La détérioration des droits de l'homme en République arabe syrienne et les récentes tueries à Al Qusayr ».

La Syrie est actuellement « le terrain de la violation de tous les droits de l'homme », dénonce le Saint-Siège, qui évoque « des dizaines de milliers de vies détruites, un million et demi de personnes forcées de fuir à l'étranger, plus de quatre millions de personnes sans toits et des civils pris pour cibles au mépris total du droit humanitaire ».

Des négociations pacifiques

En outre, fait-il observer, « cette immense tragédie nationale risque d'intensifier les conflits régionaux et mondiaux, de transformer les ambitions pour le pouvoir politique en affrontements ethniques et religieux fondamentalistes », et finalement « hypothèque l'avenir de la Syrie et du Moyen-Orient ».

Pour le Saint-Siège, la voie à suivre n'est pas « une intensification militaire du conflit armé », mais « le dialogue et la réconciliation ». Il appelle à « un cessez-le feu immédiat » pour « arrêter le bain de sang ».

La priorité est donc de « réduire les armes au silence » : le Saint-Siège exhorte à « des négociations pacifiques » et à « la participation de représentants de tous les citoyens à un futur gouvernement, pour une coexistence pacifique, constructive et durable de toutes les communautés qui composent la société syrienne ».

Surmonter le pessimisme

Pour réaliser ces négociations, estime le Saint-Siège, les acteurs, quels qu'ils soient, doivent « surmonter le pessimisme » et rejeter toute « vengeance personnelle » ou « ambitions démesurées de domination ».

« Les personnes devraient avoir la priorité sur le pouvoir et la vengeance », ajoute Mgr Tomasi : « les enfants dans les camps de réfugiés et dans les zones de conflit, traumatisés et privés de leurs droits, appellent la solidarité généreuse de la part de la communauté internationale » et « méritent une assistance spécifique afin d'éviter qu'ils deviennent victimes de la traite et d'autres formes d'exploitation ».

« Leur souffrance indicible ne doit être ignorée par aucune des parties en cause car ils appellent à agir dès maintenant pour la paix, la reconstruction et pour un nouveau départ des relations humaines fondé sur les droits et l'intérêt commun de l'unique famille humaine », conclut-il.