Syrie: "sms" du père Dall'Oglio retenu par des islamistes

Tentative de négociation en faveur des deux évêques d'Alep

Rome, (Zenit.org) | 905 clics

Le père Dall’Oglio se trouve en Syrie, avec un groupe proche d'Al Qaida : c’est le jésuite italien qui le confirme lui-même dans un sms. Zenit avait publié à ce sujet les information du minsitère italien des Affaires étrangères - la Farnesina - (cf. Zenit du 6 août 2013, http://www.zenit.org/fr/articles/italie-le-pere-dall-oglio-jesuite-a-bien-ete-enleve).

Les sources du message que le jésuite aurait envoyé à un activiste de l’opposition au régime du président al-Assad sont encore incertaines.

« Je suis encore dans l’État islamique de l’Iraq et du Levant pour discuter de la question des deux évêques enlevés en Syrie septentrionale »: c’est le sms que le père Paolo Dall’Oglio, le jésuite disparu à Raqqa, en Syrie, le 28 juillet dernier, aurait envoyé ces jours derniers à un activiste de l’opposition au régime du président syrien Bashar al-Assad. L’agence de presse Adnkronos affirme qu’elle a reçu cette nouvelle de sources de l’opposition au régime de Damas, à la frontière turco-syrienne.

Les deux évêques dont parle le père Dall’Oglio dans son message sont le syro-orthodoxe Mar Gregorios Yohanna Ibrahim et le gréco-orthodoxe Boulos al-Yazigi, tous deux originaires d’Alep. Le jésuite cherchait à négocier la libération des deux évêques dont l’enlèvement, survenu le 22 avril dernier, n’a jamais été revendiqué.

Ces jours derniers, le Père Victor Assouad, provincial des jésuites au Moyen-Orient, avait exprimé sa « profonde inquiétude » pour le sort de son confrère (cf. Zenit du 5 août, http://www.zenit.org/fr/articles/syrie-vives-inquietudes-pour-le-sort-des-pp-dall-oglio-et-van-der-lugt).

Le père Paolo était opposé depuis des années au régime syrien, au point que ce dernier a décrété son expulsion en tant que « personne non désirée », en 2011, lors des premières protestations populaires.

Depuis le 12 juin 2012, il avait donc l’interdiction de retourner en Syrie, mais le prêtre était malgré cela entré dans le pays pour visiter les zones contrôlées par les opposants au régime. Il avait pénétré en Syrie en passant par le Kurdistan irakien.

Traduction d'Hélène Ginabat, avec Anita Bourdin