Taiwan: Prix de la Fondation culturelle franco-chinoise aux Missions Etrangères de Paris

Pour leur travail « humanitaire et social » auprès des aborigènes

| 222 clics

ROME, Vendredi 16 novembre 2001 (ZENIT.org) - Le prix de la Fondation culturelle franco-chinoise a été décerné aux Missions Etrangères de Paris, installées à Hualien, pour leur travail «humanitaire et social » auprès des aborigènes de l´île, annonce Eglises d´Asie, la revue des Missions étrangères de Paris www.eglasie.org, dans son édition du 1er novembre.



La Fondation culturelle franco-chinoise, créée en 1996 par le Conseil national des Affaires culturelles de Taiwan et l´Académie française des Sciences morales et politiques, précise Eglises d´Asie (EDA), a décerné cette année son prix aux prêtres des Missions Etrangères de Paris (MEP) installés à Hualien, sur la côte Est de l´île de Taiwan, pour leur « œuvre humanitaire et sociale » en milieu aborigène.

Doté d´une somme de 250 000 francs français, ce prix a été remis le 6 novembre à Paris au P. Yves Moal, prêtre des Missions Etrangères et supérieur régional des MEP à Taiwan, en présence de Mme Tchen Yu-chiou, ministre de la Culture de Taiwan, de Pierre Messmer, chancelier de l´Institut de France, de Jean Cluzel, secrétaire perpétuel de l´Académie, et du P. Jean-Baptiste Etcharren, supérieur général des MEP.

Selon Mme Wang Hsiu-huei, directrice du Centre culturel taiwanais à Paris, le gouvernement taiwanais souhaite par ce prix témoigner aux prêtres des MEP « sa reconnaissance » pour le travail accompli auprès des aborigènes, en particulier dans le domaine des langues et des œuvres sociales. Toujours selon Mme Wang, grâce à l´intervention de Pierre Messmer et de Jean Cluzel, l´octroi par les autorités françaises d´un visa au ministre de la Culture taiwanais n´a pas été trop difficile.

EDA précise que Taiwan compte environ 22 millions d´habitants et, aux côtés des 98 % de Chinois Hans (eux-mêmes divisés en Minnans – 74 % –, Continentaux – 14 % – et Hakkas – 10 %), la population taiwanaise compte un peu moins de 2 % d´aborigènes. Répartis en onze ethnies principales, ces derniers depuis ces cinquante dernières années se sont retrouvés être les laissés pour compte du développement économique. Au nombre de 380 000 personnes selon les statistiques officielles, mais sans doute 450 000 dans la réalité, ils sont encore en partie adeptes de pratiques animistes ou chamanistes ; plusieurs ethnies toutefois se sont converties au christianisme.

Depuis de longues années, les prêtres des MEP se sont consacrés à leur évangélisation et ont travaillé auprès d´eux, contribuant à leur bien-être que ce soit par un travail de conservation de leurs langues ou par des œuvres sociales et éducatives (1). Au départ surtout concentré dans la région de Hualien, où vit une grande partie des aborigènes, leur apostolat a évolué au fil du développement économique de l´île.

Au début des années 1970, rappelle EDA, en particulier, prenant conscience que l´émigration vers les villes affectait leurs paroisses, les prêtres des MEP ont envoyé un des leurs, le P. Gérard Cuerq, rapidement rejoint par le P. Jean-Marie Redoutey, à Taipei, la capitale, afin d´y retrouver les catholiques aborigènes originaires du diocèse de Hualien et, si possible, d´opérer un certain regroupement pour les servir dans leur vie spirituelle comme dans les autres domaines. L´une des difficultés que les prêtres ont rencontrées a été les conséquences sur les familles aborigènes du progrès économique.

En l´espace d´une génération, les jeunes ont quitté Hualien et semblé fuir tout ce qui, à leurs yeux, les reliait à leur identité d´aborigène : leurs parents, leur clan, l´Eglise, les institutions mises en place par les missionnaires. Aujourd´hui, les jeunes qui ont grandi en ville n´ont pas connu le mépris manifesté à leurs parents par une partie de la population chinoise de Taiwan. Toutefois, émigrés en milieu urbain de la deuxième ou troisième génération, ils sont à la recherche de leurs propres racines. Certains viennent vers l´Eglise, même si ce mouvement débouche assez rarement sur une conversion.

(1) A propos des aborigènes de Taiwan et du travail de l´Eglise catholique parmi eux, voir EDA 269, 271, 275, 290 ainsi que le document publié dans EDA 167.

© Eglises d´Asie