Témoignage de foi et pédagogie de la culture, ensemble

Par le card. Vingt-Trois

| 1184 clics

Anne Kurian

ROME, mercredi 10 octobre 2012 (ZENIT.org) – « La nouvelle évangélisation doit unir dans un même effort le témoignage de la foi et une pédagogie de la culture », estime le cardinal Vingt-Trois.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence épiscopale de France, est intervenu hier après-midi, 9 octobre 2012, dans le cadre de la quatrième congrégation générale du synode des évêques sur la nouvelle évangélisation à Rome.

Aujourd'hui, a constaté le cardinal, « dans beaucoup de pays occidentaux la nouvelle évangélisation est, en fait, une première annonce, compte tenu de la sécularisation générale des mœurs et de la culture ».

C'est pourquoi, a-t-il estimé, « dans ce contexte, la nouvelle évangélisation doit unir dans un même effort le témoignage de la foi et une pédagogie de la culture » : cette dernière doit en effet prendre en compte « une culture formatée par le langage médiatique et son recours à l'instantané et à l'affectivité ».

Comment mettre en œuvre une pédagogie de la culture ? Elle se développe par « l'implication des chrétiens dans tous les systèmes éducatifs » et par leur « contribution à une véritable éducation de l'intelligence qui est la condition nécessaire à l'exercice d'une véritable liberté », a expliqué le cardinal.

En ce sens, il a exhorté à « mieux montrer que l'adhésion à la foi chrétienne n'est pas en contradiction avec la raison humaine » et à « développer les conséquences éthiques d'une anthropologie chrétienne qui s'enracine dans la Révélation et qui se déploie dans un dialogue avec les autres sagesses ».

Le « témoignage de la foi », qui est aussi nécessaire pour la nouvelle évangélisation, « repose pour une bonne part sur le témoignage vécu des chrétiens et sur la visibilité de leur participation à la vie de l'Église », a-t-il poursuivi.

Ce témoignage « manifeste la communion qui unit tous les membres de l'Église » et s'exprime « dans tous les registres de l'action ecclésiale », a ajouté le cardinal, mentionnant à titre d’exemple les « enseignements du magistère, déclarations publiques sur différents sujets, la vitalité des paroisses et des communautés chrétiennes, la référence manifeste de chaque chrétien à la vie du Christ, par la parole et par la manière de vivre ».

Il a conclu en invitant les baptisés à « être plus conscients » qu’ils sont « dépositaires d'un trésor pour l'avenir de l'humanité et porteurs d'une espérance ».