Témoigner de l'amour miséricordieux du Christ aux "vaincus" de la vie

Le pape reçoit les Sœurs de Sainte Elizabeth

| 1542 clics

CITE DU VATICAN, lundi 15 novembre 2004 (ZENIT.org) - "Les vaincus de la vie" ont besoin d'une aide matérielle et d'une "consolation spirituelle" que seuls ceux qui sont intimement unis au Christ peuvent transmettre, estime le pape Jean-Paul II.



Le Saint Père a reçu ce matin les participantes au Chapitre général des Sœurs de Sainte Elisabeth, qui ont élu comme nouvelle supérieure générale, Mère Samuela Webinska, âgée de 45 ans.

La Congrégation fut fondée en 1842 par Klara Wolff, Mathilde et Maria Merkert, et Franziska Werner, dans la ville polonaise de Nysa, qui appartenait alors à l'Allemagne, pour répondre aux besoins des plus pauvres.

Les religieuses se consacrent en particulier aux malades, chez eux et dans les hôpitaux, aux personnes âgées et abandonnées, et aux enfants handicapés. Elles offrent par ailleurs une éducation aux enfants et aux jeunes.

A l'heure actuelle, la Congrégation compte 1800 religieuses présentes au Brésil, au Danemark, en Lituanie, en Allemagne, en Israël, en Italie, en Norvège, en Pologne, en République tchèque, en Suède et en Ukraine.

"Lorsque, vers la moitié du XIXe siècle, vos fondatrices (…) ont commencé à servir les "membres souffrants du Corps du Christ" dans la ville de Nysa, en Pologne, elles avaient comme but et comme programme de leur apostolat les paroles de Jésus : "Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25, 40)", a déclaré le pape.

"S'inspirant de l'exemple de sainte Elisabeth de Hongrie, choisie comme patronne de la Congrégation naissance, elles se consacrèrent totalement aux pauvres et aux personnes dans le besoin, contemplant sur leurs visages celui du Rédempteur", a poursuivi le pape.

"Suivez l'exemple de vos fondatrices qui ont entretenu un colloque intime avec le Seigneur. Que chacun de vos projets apostoliques naisse d'une communion permanente avec Lui. En cultivant une intense vie de prière et d'écoute de Dieu, il vous sera plus facile d'assurer aux frères et sœurs en difficulté non seulement le soutien matériel mais aussi la consolation spirituelle", a poursuivi le pape.

"Ces jours-ci vous réfléchissez à la manière de répondre avec une "fidélité créative" aux défis de la société actuelle. Il faut repartir du Christ et témoigner, de manière simple et concrète, de son amour miséricordieux pour tous, spécialement pour ceux qui, en marge de notre société, sont considérés comme les "vaincus" de la vie", a conclu le pape.