"Témoins de l'Amour et de l'Espérance"

Catéchèses de Mgr Paglia à Rio

Rome, (Zenit.org) | 1078 clics

Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la famille, a conduit les catéchèses des 24, 25 et 26 juillet 2013 lors de la Journée mondiale de la jeunesse qui a eu lieu au Brésil, à Rio de Janeiro (du 23 au 28 Juillet 2013).

Il est intervenu sur les thèmes « Soif d’espérance, soif de Dieu », « Être des disciples du Christ » et « Être des missionnaires : Allez ! ». Un communiqué du dicastère rapporte des extraits de ses interventions.

« Les jeunes d’aujourd'hui souffrent de solitude, ils se sentent abandonnés dans la société, ils cherchent leur place et veulent construire leur avenir » a déclaré Mgr Paglia au cours de la première catéchèse : « Les difficultés qu’ils rencontrent dans la vie quotidienne et qui sont de plus en plus graves et nombreuses (au travail, liées à la crise économique, la précarité et le chômage, dans les relations sentimentales et en famille, l’incertitude de l’avenir) conduisent de nombreux jeunes à se décourager, à perdre confiance en eux-mêmes et en l’espérance, en cherchant parfois un refuge et une consolation dans de fausses compensations, parfois dangereuses pour la vie elle-même : la drogue, l’alcool, la dépendance au jeu, la pornographie, la cyberdépendance ».

Les adultes ont donc une responsabilité majeure, celle d’être « des témoins de l’espérance ». Pour le chrétien, la source et la garantie de tout espoir est Jésus. Comme l’a dit le pape François dans son homélie de la célébration eucharistique du Dimanche des Rameaux : « Notre joie naît du fait de savoir qu’avec lui nous ne sommes jamais seuls, même dans les moments difficiles, même quand le chemin de la vie se heurte à des problèmes et à des obstacles qui semblent insurmontables, et il y en a tant ! » (24 Mars 2013). Et donc : « Ne vous laissez pas voler l’espérance ! Celle que Jésus nous donne ! ». Et comme a invité Benoît XVI dans son message pour la XXVIIIème Journée mondiale de la jeunesse : « Laissez-vous aimer par lui et vous serez les témoins dont le monde a besoin ». Les jeunes seront ainsi les promoteurs d’une « nouvelle mondialisation de l’Amour, au lieu de l’indifférence ».

« Le christianisme n’est pas une philosophie, une forme de spiritualité ou une pratique morale. C’est un mode de vie qui commence à partir de la relation avec le Christ, par l’étroite amitié et parenté avec Jésus » a souligné Mgr Paglia à l’ouverture de sa deuxième catéchèse.

Jésus est le « Bon Maître », qui enseigne l’amour jusqu’au don de la vie. Et, selon les mots de Benoît XVI, les jeunes doivent « se laisser façonner chaque jour par la Parole de Dieu : elle fera de vous des amis de Jésus, capables d’introduire d’autres jeunes dans cette amitié avec lui ».

Or « ce chemin mène au salut, mais non sans changements et sacrifices », ce qui implique la reconnaissance des erreurs et des fautes et passe par le pardon du sacrement de la Réconciliation : « La Croix fait partie du chemin ». Mais, comme l’a souligné le pape François dans son homélie pour le Dimanche des Rameaux, « la croix du Christ embrassée avec amour ne porte pas à la tristesse, mais à la joie d’être sauvés ».

Être amis de Jésus signifie être amis des hommes, de tous les hommes comme des frères, et en particulier des plus faibles. Tel est le message principal de la catéchèse que Mgr Paglia a tenue vendredi 26 juillet.

En tant que chrétiens et membres de la famille de Jésus, « nous faisons tous partie de la grande chaîne qui transmet l’Évangile. Comme les athlètes des Olympiades qui se passent l’un à l’autre la flamme olympique, chacun de nous est invité à transmettre la lumière du Christ, de l’Amour et de l’Espérance », a-t-il déclaré.

En effet, « l’évangélisation est l’acte de charité avec lequel se manifeste l’amour éternel de Dieu pour chaque personne, pour chaque créature, pour la famille, pour le peuple, pour la nation ». Et donc, « pour être d’authentiques missionnaires, les jeunes doivent être fermement enracinés dans le Christ à travers la prière quotidienne et les sacrements, et demander à l’Esprit Saint le don du zèle missionnaire».

C’est à Rio qu’a eu lieu la deuxième Rencontre mondiale des Familles, les 4 et 5 octobre 1997.