Terre sainte : gratitude envers Benoît XVI

Célébration en la basilique de l'Annonciation, à Nazareth

Jérusalem, (Zenit.org) | 862 clics

À l’invitation du Patriarche Fouad Twal, de nombreuses paroisses de Terre sainte avaient organisé, jeudi 28 février 2013, un temps de prière pour le pape Benoît XVI. Le Site du patriarcat latin invite à ce retour sur la célébration en la basilique de l’Annonciation, présidée par Mgr Marcuzzo.

 Presque toutes les paroisses de Terre sainte avaient organisé, pour le soir du 28 février 2013, une initiative de prière spéciale pour le pape Benoît XVI, pour l’accompagner dans ses dernières heures de pontificat et pour l’adieu au pape qui se retire dans une vie de prière. Le Patriarche Fouad Twal, à travers le secrétaire de l’AOCTS, avait invité les curés et les responsables religieux à prendre une initiative opportune pour ce moment historique. Les vicaires patriarcaux, à leur tour, avaient envoyé une circulaire avec des modalités détaillées et pratiques à l’intention des institutions catholiques, des communautés paroissiales et religieuses.

Presque toutes les paroisses ont répondu à l’invitation et ont organisé un moment de prière ou de réflexion, d’action de grâce et de communion spirituelle avec le pape Benoît XVI. Quelques unes ont organisé un triduum (un jour une conférence, un autre jour le chapelet, le troisième jour une heure d’adoration), d’autres des pèlerinages liés plus particulièrement à saint Pierre, et donc à ses successeurs. Presque toutes les communautés ont organisé une messe d’action de grâce le soir du 28 février.

À Nazareth : admiration, reconnaissance et rappel du pèlerinage

Le curé et le père gardien, les PP. Amjad Sabbara et Ricardo Bustos, ofm, ont organisé une célébration liturgique d’action de grâce solennelle et ont invité le vicaire patriarcal latin, Mgr G.-B. Marcuzzo, à la présider et à tenir l’homélie.

La célébration, en soi très simple, a été très émouvante. Une note dominante était spontanément partagée par les nombreux participants : l’admiration reconnaissante. L’émotion avait été favorisée aussi par les symboles que le Fr. Sinisa, sacristain de la Basilique, avait mis en valeur et qui nous rappelaient de près le pèlerinage de Benoît XVI à Nazareth : la chasuble que l’évêque portait était la même que le pape avait utilisée à Nazareth le 14 mai 2009 et qu’il avait après laissée au Sanctuaire. Une statue de la Vierge avait été mise à côté de l’autel comme le demandait systématiquement le pape pour toutes ses messes ; à côté de la statue, avait été placé le lucernaire, cadeau du pape à la Grotte de l’Annonciation, sur lequel l’évêque alluma un cierge. Le siège liturgique de présidence était celui que le pape avait employé à Nazareth en 2009. Un grand panneau, le même qui avait souhaité la bienvenue au pape en 2009, avait été disposé à un autel latéral, avec le mot MERCI écrit en diverses langues.

Pendant l’homélie, Mgr G.-B. Marcuzzo présenta, dans ses grandes lignes, le pontificat du pape Benoît XVI : les encycliques, les lettres pastorales, les Synodes d’évêques et les Exhortations apostoliques, les grands voyages apostoliques (24 + 40 en Italie), notamment son pèlerinage en Terre sainte et à Chypre, les années particulières comme l’Année du prêtre et l’Année de la foi, les pas entrepris en faveur de l’unité de l’Église et le dialogue interreligieux, les grand défis qu’il a dû affronter. Il mit particulièrement en relief son amour pour la Terre sainte et pour le Moyen-Orient, démontré par son pèlerinage en Terre sainte, le Synode des évêques pour le Moyen-Orient, le voyage au Liban en 2012 et l’Exhortation apostolique Ecclesia in Medio Oriente. L’évêque précisa le point focal et rayonnant de tout son pontificat dans le « service de la vérité », fidèle à sa devise pontificale : « Cooperatores veritatis ». Il émerge de ce regard général sur son pontificat « la figure d’un grand pape, d’un pape sage et saint, fidèle et entreprenant, humble et courageux ».

À la fin de la messe – c’était peu avant 20 h à Rome, heure finale du pontificat –, un grand applaudissement des fidèles voulut exprimer à Benoît XVI la gratitude, l’amour et l’admiration des fidèles de Nazareth pour tout ce qu’il avait été et avait accompli.

Une invasion de requêtes

Un autre épisode très éloquent caractérisa cette célébration. À la sortie de la messe, beaucoup de fidèles se regroupèrent et comblèrent l’évêque de requêtes : « Écris au pape que nous l’aimons bien ; dis-lui que nous ne l’oublions pas ; dis au pape qu’il vienne nous trouver maintenant qu’il est plus libre ; écris-lui qu’il n’oublie pas la Terre sainte et qu’il prie pour nous », et beaucoup, beaucoup d’autres demandes entrecoupées de temps à autres par l’expression arabe : Yayish al-Baba ! ou : Viva il Papa ! ou par le refrain rythmé : Be-ne-det-to !

Mgr Marcuzzo, au début, répondit avec des réponses conventionnelles : in-sha-Allah, in-sha-Allah. Mais il fut tellement surpris par le nombre des demandes, par l’insistance et la sincérité des fidèles, qu’une fois rentré au Vicariat il se sentit le devoir d’écrire immédiatement au Nonce apostolique pour lui communiquer les sentiments d’amour, de confiance et d’admiration, exprimés avec simplicité et force, par les fidèles de Nazareth.