Terre Sainte : les trois dimensions du dialogue, par le card. Koch

Oecuménisme, dialogue avec le judaïsme et avec l'islam

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 384 clics

Le dialogue du pape François lors de son voyage en Terre Sainte (24-26 mai) aura trois dimensions : « œcuménisme, rencontre avec le judaïsme, et dialogue interreligieux avec les musulmans », explique le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, au micro de Radio Vatican. Il fera partie de la suite du pape.

« Le temps sera relativement court », cependant « tout est très important et doit être souligné », ajoute le cardinal. Il évoque trois « dimensions » de dialogue.

Tout d'abord, « la dimension œcuménique, à travers la rencontre avec le patriarche Bartholomaios et la célébration œcuménique, avec les autres patriarches : le patriarche gréco-orthodoxe de Jérusalem et celui de l’Église apostolique arménienne ».

Le cardinal souligne les « espérances » attendues de cette dimension oecuménique, qui est aussi « le premier motif de la visite », cinquante ans après la première rencontre entre le patriarche Athénagoras et le pape Paul VI à Jérusalem.

« J’espère que les bonnes relations que nous avons pu expérimenter ces cinquante dernières années, pourront être encore approfondies afin d’accomplir de nouveaux pas à l’avenir », poursuit-il. Si « le dialogue de la vérité n’est pas particulièrement simple sur les questions théologiques », cependant « il ne fonctionne pas sans le dialogue de l’amour et cette rencontre représente un événement très important dans ce sens ».

Deuxième dimension : « l’accent mis sur le judaïsme, avec les visites officielles. Et puis, naturellement, la visite au Mur des Lamentations, au Yad Vashem, la visite sur la tombe de Herzl… ce sont toutes des rencontres importantes. »

Le cardinal explique que ces rencontres « se situent sur deux plans » : « D’abord, les rencontres avec les représentants de l’État, le président, le premier ministre et les Autorités de l’État, qui ont pour objectif de consolider et d’approfondir les rapports entre le Vatican et Israël ; de l’autre côté, une rencontre est prévue avec le grand-rabbin à Jérusalem. Cela contribuera certainement aussi à l’approfondissement des relations avec le Grand-Rabbinat de Jérusalem. »

Enfin, il évoque « la rencontre avec le grand-mufti de Jérusalem », qui représente « la dimension interreligieuse » du voyage, en particulier « avec l’Islam ».

Avec une traduction d'Hélène Ginabat