Terre Sainte: Rencontre entre chrétiens et musulmans

| 1688 clics

ROME, Vendredi 27 octobre 2006 (ZENIT.org) – La rencontre organisée pour la deuxième année consécutive avec les musulmans de Jérusalem par le custode de Terre Sainte en collaboration avec la Nonciature apostolique a mis en évidence la bonne entente générale qui règne dans le pays entre chrétiens et musulmans.



Convoquée mardi 17 octobre à l’occasion de la fin du Ramadan, la rencontre s’est tenue au Centre Notre-Dame de « la ville trois fois sainte », selon le communiqué diffusé mercredi 18 octobre par le service d’information de la Custodie de Terre Sainte.

Ont été invités à cette rencontre les autorités musulmanes de la ville, le grand mufti, le cheick Muhammad Hussein, le juge-président de la Cour Suprême, le cheick Tayseer At-Tamimi et de nombreux dignitaires religieux et civils. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a du décliner l’invitation et a envoyé un représentant, M. Khafiq Al Husseini.

Prés de 280 personnes ont participé à la rencontre, parmi lesquels le recteur de l’Université Al Qods, tout comme de nombreux dirigeants, médecins, avocats et chefs d’entreprises, chrétiens et musulmans, toutes constituant des personnalités influentes à Jérusalem. Quelques frères mineurs (franciscains) se sont associés à eux.

Pour la custodie franciscaine, la présence de nombreux médias locaux et étrangers est une preuve de l’importance de cette rencontre. « Les journalistes occidentaux – souligne t-on – avaient en mémoire la polémique issue des paroles de Benoît XVI (à Ratisbonne ndlr) », « mais aucun des orateurs n’a retenu opportun d’y faire référence ».

« Au contraire, ceux qui sont intervenus, ont insisté sur la bonne entente générale qui règne entre chrétiens et musulmans dans le pays, habitués à vivre ensemble depuis des siècles, et qui continuent à affronter les même difficultés » a décrit le Custode.

S.Exc Mgr Pier Luigi Celata, secrétaire du Conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, était invité par le Nonce apostolique, Mgr Antonio Franco, a participer cette année à la rencontre. La veille, ils avaient rendu visite au Grand Mufti de Jérusalem dans le cadre du dialogue interreligieux.

Dans son discours aux invités, le père Pierbattista Pizzaballa, Custode de Terre Sainte, s’est fait le porte-parole de tous les sentiments de la rencontre. Ses paroles ont exprimé l’immense satisfaction pour cette « étroite union fraternelle ».

« Nous, qui appartenons les uns aux autres à travers un sens exceptionnel de fraternité à différents niveaux, nous sommes frères en humanité étant tous fils du Dieu unique ; nous sommes frères dans notre foi et notre appartenance à cette Terre sainte, nous sommes frères dans notre responsabilité réciproque à l’égard du développement de chaque habitant de cette terre précieuse de Palestine », a-t-il reconnu.

« Nous sommes frères dans la crise et dans le malheur parce que nous vivons tous l’angoisse de ces temps décisifs de notre vie » a-t-il ajouté.

Le Père Pizzaballa a confessé devant les personnes présentes « deux faits incontestables » auquel il fait toujours référence quand on l’interroge sur la nature des relations entre chrétiens et musulmans en Terre Sainte.

« En premier lieu, la relation principale qui existe entre nous se construit dans l’histoire réciproque » , « enregistrée et mentionnée dans notre lexique humain et national ».

C’est « une histoire écrite et authentifiée par les pensées vivantes, la ferme volonté et les cœurs vertueux de nos prédécesseurs ».

« Ce sont les nobles de la Nation qui ont construit cette terre et jeté les semences de miséricorde, d’espérance et de tendresse. Ils ont défendu et soutenu son existence et son unité. Ces dignes prédécesseurs qui ont puisé leur force à la foi éminente en Dieu, et dans leur mission perpétuelle de soutenir et de défendre cette Terre Sainte et tous ceux qui y vivent », a-t-il poursuivi.

En deuxième lieu, il a souligné que « notre relation actuelle ne pourra jamais se poursuivre si l’esprit de responsabilité et de participation ne prévaut pas entre nous ».

« Cet esprit unis et est un complément de nos efforts pour sauvegarder ce que nos prédécesseurs ont construits et planté avec dévouement » ; pour cela « nous devons travailler sans relâche pour compléter leur mission orientée vers la construction d’un avenir meilleur », a-t-il ajouté.

Le Père Pizzaballa a formé le voeu public que cette rencontre du Ramadan puisse se transformer en tradition à Jérusalem, et a remercié au nom de la Custodie et de la délégation apostolique, chacune des personnes présentes d’avoir accepter cette « humble invitation ».

De la même manière, il a fait part de sa gratitude au pape Benoît XVI, « pour son geste merveilleux » d’envoyer Mgr Celata à participer à cette « rencontre inoubliable ».

« Chers frères », « notre relation est construite à l’origine sur la compréhension, l’appréciation et le respect réciproque », a conclu le custode de Terre Sainte.