Thaïlande: L'Eglise au secours des travailleurs migrants après les inondations

Les pires inondations depuis un demi-siècle

| 1092 clics

ROME, vendredi 4 novembre 2011 (ZENIT.org) – L’Eglise catholique participe à l’accueil des travailleurs migrants mis au chômage forcé du fait des inondations, indique aujourd’hui « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris, dans cette dépêche.

« Tandis que les pires inondations que le pays a connues depuis un demi-siècle touchent trente des soixante dix-sept provinces du royaume, des initiatives, auxquelles participe l’Eglise catholique, se mettent en place afin de venir en aide à une population particulièrement vulnérable en cette période de crise, celle des travailleurs migrants », écrit EDA.
 
EDA ajoute : « « Les travailleurs thaïlandais ont pu retourner dans leurs provinces d’origine ou bien se réfugier chez des proches. Les immigrés, eux, n’ont nulle part où aller », explique le P. Prasit Rujirat, directeur du centre d’action sociale du diocèse de Ratchaburi, situé à l’ouest de Bangkok. Il ajoute : « Souvent, ces migrants n’osent pas se manifester auprès des différents centres de secours mis en place par les ONG ou les autorités. Ils craignent la barrière de la langue et ils redoutent d’être en butte à une hostilité plus ou moins directement exprimée à leur encontre. » »
 
EDA fait aussi observer que « dans les environs de Bangkok comme dans la partie centrale du pays, la montée des eaux a très gravement perturbé le fonctionnement de l’économie ».

L’agence rappelle la situation des travailleurs immigrés : « La presse internationale s’est fait l’écho des risques qui pèsent désormais sur l’approvisionnement en disques durs de l’industrie informatique mondiale ou bien encore de l’arrêt des chaînes de montage automobile des sociétés japonaises implantées en Thaïlande. Que ce soit dans ces usines ou dans des ateliers de sous-traitance, les travailleurs migrants étaient nombreux à avoir trouvé du travail dans le royaume. Outre les Birmans, dont le nombre est estimé entre un et deux millions, de nombreux Laotiens et Cambodgiens étaient venus, souvent de manière illégale, trouver à s’employer en Thaïlande. »
 
EDA donne cet exemple : « A une cinquantaine de kilomètres de Bangkok, dans la ville de Sam Phran, les bâtiments de l’école Raikhing Wittaya ont été réquisitionnés (les classes ayant par ailleurs été suspendues jusqu’à ce que la décrue ait commencé) pour abriter un centre spécialement destiné à l’accueil des travailleurs immigrés. L’initiative, à laquelle ont pris part les pouvoirs publics et plusieurs ONG, dont la Caritas thaïlandaise, se veut exemplaire : qu’ils soient en situation régulière ou qu’ils n’aient pas de papiers, tous les travailleurs migrants sont accueillis et des interprètes ont été embauchés pour faciliter leurs démarches. »
 
... pour lire la suite, cliquer sur le lien ci-après : http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud-est/thailande/l2019eglise-catholique-participe-a-l2019accueil-des-travailleurs-migrants-mis-au-chomage-force-du-fait-des-inondations

© Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.