Thaïlande: "L´inculturation" de l´Evangile et le dialogue avec le Bouddhisme

Visite "ad limina" des évêques

| 480 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 16 novembre 2001 (ZENIT.org) - La relance de "l´inculturation" de l´Evangile et le dialogue avec le Bouddhisme, font partie des priorités pastorales indiquées par Jean-Paul II ce matin dans son message aux évêques de Thaïlande en visite quinquennale "ad limina". Le pape a remis ce message aux évêques ce matin.



Pour le pape, cette mission est en effet "urgente" et réclame des efforts constants, à côté des engagements fondamentaux dans le dialogue interreligieux et pour la croissance de la communauté chrétienne elle-même.

Jean-Paul II a donné un relief particulier au "discernement" auquel les évêques de Thaïlande sont appelés pour accompagner efficacement le processus d´inculturation. Ce processus, disait le pape en se référant à son encyclique "Redemptoris Missio" (cf. www.vatican.va) est beaucoup plus qu´une "adaptation extérieure", elle suppose "l´intime transformation d´authentiques valeurs culturelles par leur intégration dans le christianisme et l´insertion du christianisme dans les différentes cultures humaines".

Or ce processus est délicat, dans un contexte caractérisé par des traditions culturelles et religieuses avec lesquelles, insiste le pape, il est nécessaire d´approfondir la relation. "Contact, dialogue et coopération avec les disciples d´autres religions, rappelle Jean-Paul II aux évêques de Thaïlande, représente en même temps pour vous un devoir et un changement".

Le pape suggère que l´antique tradition monastique thaïlandaise pourrait représenter un lieu de rencontre entre chrétiens et bouddhistes. Une telle tradition, continue le pape, rappelle "la suprématie des choses de l´esprit", et elle peut "contrebalancer le matérialisme et la consommation qui frappe une large part de la société".

La famille, remarque le pape est, en Thaïlande aussi, marquée par la plaie de l´avortement, les femmes et les enfants sont souvent victimes de l´exploitation sexuelle. Pour affronter ces problèmes, recommande Jean-Paul II, il est nécessaire de relancer des programmes pastoraux à différents niveaux, de façon à faire grandir la "conscience" du message chrétien et à élever le degré de formation.

Le pape insiste également sur la pastorale des jeunes, de la part des catéchistes, des religieux et des laïcs, des prêtres et des évêques. Les évêques, dit Jean-Paul II, sont appelés à être missionnaires dans une Eglise qui change, comme le synode vient de le souligner.