Théologie morale: Un Rédemptoriste espagnol révise ses écrits

Après plusieurs années de dialogue avec Rome

| 651 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 15 mai 2001 (ZENIT.org) - Après un dialogue de plusieurs années avec la Congrégation pour la doctrine de la foi, à propos de certains de ses écrits de théologie morale, le P. Marciano Vidal, Rédemptoriste espagnol, a approuvé une "notification" de la congrégation romaine et s´est engagé à refondre son livre: "Moral de actitudes", pour enlever les "erreurs" ou "ambiguïtés", en particulier sur les thèmes de "la procréation artificielle hétérologue, l’avortement thérapeutique eugénique et les lois sur l’avortement".



Nous publions ci-dessous (cf. "Documents") le texte (traduction officielle en français) de la "Notification sur certains écrits du révérend P. Marciano Vidal, C.Ss.R", en date du 22 février 2001, publié aujourd´hui par la Congrégation pour la doctrine de la Foi (site: VATICAN, section curie romaine) et diffusé par la salle de presse du Saint-Siège. La notification est accompagnée d´un "commentaire à la Notification" , en italien et en espagnol. Le document est signé par le cardinal Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi et par le Secrétaire, Mgr Tarcisio Bertone. Il a été approuvé par Jean-Paul II le 9 février dernier.

Le "préambule" de la notification rappelle d´abord le rôle de la congrégation, en ces termes: "Une des tâches confiées à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi est de sauvegarder et de défendre la doctrine de la foi afin que le Peuple de Dieu demeure fidèle à l’enseignement reçu. Parfois, la Congrégation doit procéder à un examen doctrinal et signaler, au besoin par une notification publique, les ambiguïtés et les erreurs contenues dans des œuvres d’ample diffusion qui peuvent nuire à la foi du Peuple de Dieu, pour que soit faite la rectification qui convient. En certaines occasions, une telle notification s’avère nécessaire même lorsque l’auteur est prêt à corriger ses erreurs ou s’y emploie déjà".

La congrégation a donc examiné le "Dictionnaire d´éthique théologique" (Diccionario de ética teológica), la "Proposition morale de Jean-Paul II" (sur Veritatis Splendor: La propuesta moral de Juan Pablo II. Comentario teológico-moral de la encíclica Veritatis Splendor) et les volumes de "Morale des attitudes" ("Moral de actitudes"), aussi bien dans la version espagnole que dans la dernière version italienne. La Congrégation a constaté "des erreurs et des ambiguïtés", dans un texte très diffusé et ayant une influence "surtout dans le domaine de la formation théologique". C´est ainsi qu´un examen plus approfondi (procédure habituelle) a été entrepris.

Le préambule explique en détail les étapes du dialogue qui a commencé avec l´auteur le 13 décembre 1997 "par l’intermédiaire du Révérend Père Joseph William Tobin, Supérieur Général de la Congrégation du Très Saint Rédempteur", et mettant en avant "des questions de caractère épistémologique" (rapport Écriture-Tradition-Magistère; rapport théologien-Magistère) et "des erreurs de caractère particulier" (personne-sexualité-bioéthique; morale sociale: eschatologie-utopie).

Le 4 juin 1998 est arrivé à Rome le texte de la "Respuesta" rédigée par le P. Vidal. Elle a donné lieu à une "nouvelle rédaction des questions" lors d´une session ordinaire de la congrégation, le 20 janvier 1999: l’Auteur était invité à préparer une réponse dans les trois mois prévus par la procédure (procédure approuvée Jean-Paul II le 5 février 1999).

Le 7 juin 1999 la Congrégation remit ses conclusions à la suite de l"examen de la "Respuesta" et communiqua sa décision "de reformuler, exceptionnellement, les questions discutées, de façon à obtenir des réponses plus ponctuelles et précises". "Les réponses du P. Vidal devaient parvenir à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, "sous une forme personnelle, sans équivoque et succincte", pour le 30 septembre 1999. Conditions acceptées par le théologien.

Le 28 septembre 1999, le texte de la deuxième "Respuesta" fut "soumis au jugement des instances de la Congrégation".

Le 10 novembre 1999, la Session Ordinaire de la Congrégation, "estima terminée la procédure exceptionnelle adoptée". La Congrégation "constata avec satisfaction que l’Auteur avait manifesté sa disponibilité à corriger les ambiguïtés touchant la procréation artificielle hétérologue, l’avortement thérapeutique eugénique et les lois sur l’avortement, et qu’il avait déclaré son adhésion au Magistère à propos des aspects doctrinaux contestés".

Mais "puisque il ne proposait pas de modifications concrètes et substantielles au sujet d’autres positions contenues dans la Contestation, la Congrégation jugea nécessaire la rédaction d’une Notification". La procédure a été confirmée par le pape le 12 novembre 1999.

Le 2 juin 2000 eut lieu un "entretien serein et profitable tant sur les questions purement doctrinales que sur la mise en application des procédures prescrites". Le P. Vidal "a accepté le jugement doctrinal formulé par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et a pris l’engagement formel de réélaborer ses écrits selon les modalités établies".

Les Membres de la Session Ordinaire du 14 juin 2000 et du 7 février 2001, dit encore le préambule, ont pris acte avec satisfaction de l’adhésion du R.P. Vidal et ont de toute façon confirmé la procédure prévue, c’est-à-dire la publication de la présente Notification".

Les éditions de la "Moral de actitudes" (y compris le volume sur la morale sociale), du "Diccionario de ética teológica", de "La propuesta moral de Juan Pablo II" et des traductions "ne pourront plus servir à la formation théologique".

L’Auteur "devra réélaborer en particulier la "Moral de actitudes" sous la supervision de la Commission Doctrinale de la Conférence Épiscopale Espagnole".

Cette résolution, explique encore le préambule, "n’entend pas juger la personne de l’Auteur, son intention, ni la totalité de son œuvre et de son ministère théologique, mais seulement les écrits examinés, est ordonnée à sauvegarder le bien présent et futur des fidèles, des pasteurs et des professeurs de théologie morale, en particulier ceux qui se sont formés selon la théologie de l’Auteur ou qui de quelque façon se reconnaissent dans les mêmes perspectives théologico-morales. Le but est qu’ils s’éloignent des erreurs ou des lacunes dans lesquelles ils ont été formés ou persistent toujours, de même que des conséquences pratiques que de telles positions ont dans le champ pastoral et ministériel".