Togo : Collaboration entre paysans et missionnaires salésiens

Quatre nouveaux puits offrent de l'eau potable et permettent d’irriguer

| 1396 clics

ROME, Mardi 21 juin 2011 (ZENIT.org) – Au Togo, quatre nouveaux puits offrent de l'eau potable et permettent d’irriguer la terre au cours des périodes de sécheresse, rapporte l’agence Vatican Fides.

Dans la ville de Kong, au Togo, avec l'aide des missionnaires et des paysans ont été construits en peu de temps quatre nouveaux puits afin d'offrir de l'eau potable aux habitants et d'irriguer la terre en cas de sécheresse.

La réalisation de ce projet a été rendue possible grâce à l'engagement du père Antonio Gutiérrez, missionnaire salésien, et à la disponibilité des paysans du cru. Avec cinq groupes de personnes qui avaient demandé la construction des puits, le missionnaire a visité les lieux où ils voulaient les construire.

Seul l'un d'entre eux n'a pu l'être parce que le groupe qui le demandait souhaitait qu'il soit construit à proximité des habitations afin de produire de l'eau potable mais ce type de puits présente des caractéristiques particulières qui demandent plusieurs semaines de travail, chose que les agriculteurs ne pouvaient se permettre, sous peine de risquer de perdre leur récolte.

« Lorsque je me suis aperçu de leur disponibilité - raconte le missionnaire dans une note diffusée par l'Agence ANS - je leur ai dit moi-même qu'ils avaient une semaine à disposition. Mardi après-midi, ils se sont réunis et mercredi, ils ont commencé à travailler sur quatre sites différents, très éloignés les uns des autres. Le jeudi, deux puits destinés à l'irrigation fonctionnaient déjà et les deux autres ont été bâtis le vendredi ».

« Je pense qu'il s'agit d'une expérience très gratifiante pour eux que de voir l'efficacité d'un travail bien organisé et c'est pour moi une grande joie que de voir que cette année, nous avons déjà creusé 24 puits au cours de la saison sèche. Ceci permet en outre aux femmes d'avoir plus facilement accès à l'eau et de cultiver les jardins proches de leur maison au cours de la saison sèche », conclut le missionnaire salésien.