"Toi aussi tu as une résurrection !", explique le patriarche Gregorios III

Lettre de Pâques 2014

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 556 clics

« Toi aussi tu as une résurrection » : c'est le thème de la lettre de Gregorios III, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem, pour Pâques 2014.

Il appelle notamment le monde entier à « laisser la Syrie aux Syriens » et « à réaliser la trêve de la vie » dans le pays. Il annonce aussi la création d'un forum pour combattre le « danger d’augmentation de sentiments de haine, de rancœur, de vengeance » dans la société syrienne.

Enfin, il plaide pour que les futures conférences de paix de Genève se fassent en Syrie : « Nous, les Syriens, nous pouvons faire revenir la paix, la sécurité et la stabilité en Syrie ! »

Toi aussi tu as une résurrection

Il consacre la première partie de son message à une méditation spirituelle autour de la Résurrection du Sauveur, qui concerne tous les hommes : « chaque croyant en Dieu et en l’éternité attend la résurrection, la renaissance et le renouveau. Et à cette attente nous participons tous : Juifs, Chrétiens et Musulmans ».

Le patriarche dit à chaque homme et à chaque femme : « Toi aussi tu as une résurrection. Toi, en tant qu’homme, tu es aussi appelé à la résurrection. La Résurrection est le centre de la vie chrétienne et de toute vie. »

L'“église du Saint-Sépulcre”, est appelée dans l’Orient chrétien “église de la Résurrection”, rappelle-t-il : une double appellation qui unit « les significations fondamentales et sublimes de la vie de chaque être humain : Toi aussi, tu as une croix, et tu as une résurrection ! Heureux es-tu, avec ta croix et ta résurrection ! »

Pour le patriarche, « la Résurrection est un appel à une vie chrétienne fervente, sérieuse et engagée ».

Un forum syrien d'intellectuels

La seconde partie du message évoque la situation tragique de son « pays bien-aimé, la Syrie, qui continue son chemin de croix, mais qui parviendra un jour à la joie de la résurrection ».

Il dénonce le plus grand danger actuel : « danger d’augmentation de sentiments de haine, de rancœur, de vengeance, de dureté de cœur,... de retour au principe d'“œil pour œil et dent pour dent” ».

Pour « combattre ces courants et ces orientations », le patriarche annonce la création « d’un Forum Syrien d’intellectuels, qui réunirait une élite de penseurs chrétiens, croyants et engagés dans les problèmes de la société syrienne ».

Ce forum « formulera les principes, les méthodes et les programmes fondés sur nos valeurs nationales et les enseignements du saint Évangile », en rédigeant une charte « pour l’engagement pratique du chrétien dans tous les secteurs de la société syrienne ».

Le patriarche espère que le forum « aura un impact intellectuel considérable » dans la société et « une grande influence pour former et développer une vision chrétienne de la crise syrienne, qui aidera à assurer l’avenir des chrétiens en Syrie et dans les autres pays arabes, de même que leur présence, leur rôle et leur mission dans la société arabe ».

La Syrie, terre de la Résurrection

« Toi, Syrie, tu as une résurrection ! Tu as une résurrection, toi, mon frère chrétien ! Tu as une résurrection, toi, mon frère musulman ! », poursuit le patriarche Gregorios III en rappelant que « la Syrie est la terre de la Résurrection » car « à la porte de Damas, Paul de Tarse a vu le Christ ressuscité d’entre les morts ».

« Oh fils et filles de la Syrie ! Vous êtes les fils de la Résurrection, fils de la vie. Vous n’êtes pas les fils de la mort, vous n’êtes pas des instruments de mort », insiste-t-il en exhortant ses « frères Syriens » à être « unis », à être « un seul cœur, une seule pensée, un seul but » afin de « reconstruire et de renouveler la Syrie ».

Il estime en ce sens que la continuation de la conférence de Genève-2 devrait se tenir en Syrie : « Nous pouvons continuer Genève-2 ou faire Genève-3 ! Nous, et personne d’autre ! Nous, les Syriens, nous pouvons faire revenir la paix, la sécurité et la stabilité en Syrie ! »

Il conclut en lançant « un appel fervent, fort, suppliant » au monde entier, à « toutes les nations du monde, tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté » : « Nous vous appelons tous à déployer tous les efforts possibles pour la paix en Syrie. La tragédie syrienne a dépassé toute mesure et toute limite. »

« Ayez pitié de la Syrie ! Ôtez vos mains de la Syrie ! Laissez la Syrie aux Syriens ! La guerre n’a pas réussi ! La violence n’a pas réussi ! Les armes n’ont pas réussi !... La mort règne en Syrie ! On ne peut pas continuer la marche de la mort ! Nous devons tous tendre à réaliser la trêve de la vie. »

Évoquant enfin la prochaine visite du pape François en Terre Sainte (24-26 mai 2014), le patriarche lui souhaite la bienvenue et précise que l’Assemblée de la hiérarchie catholique en Syrie lui adressera un message : « nous espérons qu’il viendra visiter la Syrie pour célébrer sa victoire et sa paix ».