Tour de France: le triomphe de l'humilité

Un Kenyan et un Colombien sur le podium

Rome, (Zenit.org) Antonio Gaspari | 408 clics

De véritables révélations au 100èmeTour de France de cette année : le triomphe de l’humilité.

La course de vélos la plus prestigieuse au monde a été remportée par un Africain, le Kenyan Christ Froome originaire d’Afrique du sud, tandis que le maillot à pois du meilleur grimpeur et le maillot blanc du meilleur jeune sont allés au Colombien Nairo Quintana Nella arrivé deuxième au classement du Tour de France.

Christ Froome, 28 ans, est né à Nairobi et il a vécu à Johannesbourg. Etudiant, il a appris à pédaler sur un vélo très abîmé dans les banlieues de Nairobi. Puis il a commencé à pédaler avec un ami Africain, six heures par jour sous le soleil. On raconte qu’il portait les cheveux longs et de nombreux bracelets, jusqu’à ce qu’il décide de se "ranger" et de pédaler pour gagner.

En 2007, on a découvert ses talents de champion, mais pendant trois ans il a dû renoncer à courir, atteint d’une infection parasitaire qui diminuait les globules rouges et affaiblissait ses forces.

Cette infection guérie, il a repris son entraînement au rythme de 120 coups de pédale à la minute avec des capacités de reprise incroyables.

En 2012, il est arrivé deuxième au Tour d’Espagne (La Vuelta) et deuxième au Tour de France.

Cette année, il a remporté le Tour de France dans des temps et des prouesses qui le placent déjà parmi les plus grands champions du cyclisme.

Encore plus incroyable l’histoire du Colombien Nairo Quintana (23 ans), la grande révélation de ce Tour de France.

Il est originaire d’une famille de paysans d’un petit village de montagne, Vereda de la Concepcion, situé à trois mille mètres d’altitude, dans la région de Boyacà en Colombie. Aussitôt après sa naissance, Nairo s’est mis à saigner du nez, à remetre ses repas et souffrit de la dysenterie.

Il avait contracté un virus typique de sa région. Les médecins disaient que son espérance de vie ne dépasserait pas trois ans. Sa mère, convaincue qu’une malédiction s’était abattue sur lui, décida de l’amener chez un guérisseur, mais on raconte que ce sont en fait les prières de toute la famille qui ont sauvé l’enfant.

C’est par hasard que Nairo a connu le vélo. Sa famille était pauvre et ne savait pas comment l’accompagner à l’école dont la plus proche se trouvait à 16 km de chez eux. Il fut donc décidé de lui acheter une bicyclette pour 30 dollars. La route avait de fortes côtes (8%), mais Nairo les montait de plus en plus rapidement.

Il devint si fort qu’il remportait toutes les courses de vélo auxquelles il participait. Mais il n’avait pas d’argent pour s’inscrire aux courses les plus importantes ni pour pouvoir s’entraîner avec une équipe de cyclistes.

Son père trouva la solution : il demanda à l’équipe cycliste d’anticiper l’argent que Nairo aurait gagné en remportant les courses. Il s’est révélé un grand champion, surtout en montagne.

Nairo gagnait aussi sa vie comme chauffeur de taxi. Il avait commencé à conduire à l’âge de 10 ans et faisait les tours de nuit pour ne pas se faire prendre par les gendarmes.

Tous les experts sont d’accord pour dire qu’il sera le cycliste à battre les prochaines années.

Christ Froome et Nairo Quintana, sont l’expression d’un monde qui, dans le cyclisme aussi est en train de changer.

Deux athlètes issus des périphéries géographiques et pauvres du monde. 

Traduction d’Océane Le Gall