Tous les chrétiens ont fêté Pâque à la même date cette année

Le pape choisit de souligner cette coïncidence pendant la célébration à Saint Pierre

| 488 clics

CITE DU VATICAN, dimanche 15 avril 2001 (ZENIT.org) – Jean-Paul II a voulu souligner le caractère oecuménique de la l´Eucharistie de ce Dimanche de la Résurrection. En effet, cette année, tous les chrétiens célébraient Pâques à la même date.



La fête de Pâque est célébrée à des dates différentes selon les confessions chrétiennes, depuis la réforme du calendrier liturgique réalisée par le pape Grégoire XIII en 1582. Les chrétiens d´Orient, en majorité orthodoxes, continuent à calculer la date de Pâque selon l´ancien calendrier Julien, établi par Jules César, en l´an 46 avant Jésus-Christ. Parfois, le jour de Pâque coïncide dans les deux calendriers, comme cette année (la dernière fois, c´était en 1990).

Pour souligner cette coïncidence, qui est un encouragement vers la pleine unité, Jean-Paul II a voulu qu´au cours de la célébration de Pâque, un choeur russe entonne les "stichi" et "stichira" de la liturgie pascale byzantine. Il s´agit de vers du psaume 67 (68), intercalés d´autres vers poétiques qui célèbrent la résurrection de Jésus et la joie chrétienne. Ils ont été proclamés après l´Evangile, sur une célèbre mélodie composée par Grigori Fjòdorovic Ljvovski (1830-1894).

Plusieurs langues ont été utilisées au cours de la célébration : des lectures ont été lues en espagnol, en latin, en anglais. L´Evangile a été chanté en italien. Les intentions de prière ont été lues en français, polonais, chinois, portugais, allemand, arabe et italien.

De même que l´an dernier, une tradition perdue il y a 800 ans a été retrouvée: l´icône du Saint Sauveur connue sous le nom d´"Acheropita" (qui signifie "qui n´a pas été peint par des mains d´homme"), a été placée sur l´autel. Il s´agit de l´une des images les plus vénérées de la chrétienté. Elle est conservée dans une petite chapelle annexée à la Basilique de Saint-Jean-du-Latran, à Rome.

Jusqu´au XIIe siècle, cette icône, qui représente la vraie image du Christ Ressuscité, et qui, selon la tradition, fut peinte par des anges, était portée en procession le matin du Dimanche de Pâque. Elle n´avait plus été exposée publiquement jusqu´à l´an dernier, l´année du Grand Jubilé.