« Tradition et avenir », la nouvelle ère de L’Osservatore Romano

Giovanni Maria Vian signe son premier éditorial comme directeur

| 1849 clics

ROME, Lundi 29 octobre 2007 (ZENIT.org) - « Tradition et avenir ». Tel est le titre du premier éditorial de Giovanni Maria Vian, directeur de « L’Osservatore romano » (L’OR), publié dans le quotidien en langue italienne du dimanche 28 octobre. Un titre qui se présente comme un véritable programme.



Dans les colonnes centrales de la première page du journal est publiée la lettre adressée par le pape à Giovanni Maria Vian, dans laquelle il souhaite que le quotidien serve à montrer « la fécondité de la rencontre entre foi et raison, grâce à laquelle devient également possible une collaboration cordiale entre croyants et non-croyants ».

« Son devoir fondamental reste bien sûr celui de favoriser dans les cultures de notre temps cette ouverture confiante et, dans le même temps, profondément raisonnable, au Transcendant, sur lequel, en dernière analyse, se fonde le respect de la dignité et de la liberté authentique de tout être humain », affirme le pape.

On trouve également en première page un texte du cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat, qui inaugure une exposition sur L’OR à Messine (Sicile) et qui définit le quotidien comme « une voix libre et faisant autorité ».

Dans son éditorial, Giovanni Maria Vian cite en permanence Giovanni Battista Montini, futur Paul VI, qui, en poste à la secrétairerie d’Etat pendant plus de quinze ans, avait exercé « la haute direction du journal ».

L’OR, c’est-à-dire le quotidien et ses diverses éditions périodiques, est avant tout le journal du pape et diffusera l’enseignement et la prédication de l’Evêque de Rome de deux façons : en conservant sa nature documentaire particulière et en développant celle de l’information journalistique », annonce le nouveau directeur.

De Rome, le journal du Vatican continuera d’observer avec un regard attentif et amical la réalité internationale, en conservant dans cette optique l’attention pour l’Italie dont le pape est le primat et pour son diocèse, où tant d’évêques et de prêtres de tous les continents ont étudié et avec lequel ils maintiennent des liens féconds ».

« Et l’attention pour les phénomènes culturels revêtira un souffle international, en laissant place à la confrontation d’idées, dans une ouverture cordiale à la raison, à laquelle Benoît XVI se réfère pour favoriser le dialogue et le débat, comme ce fut le cas au cours de la ‘lectio’ de Ratisbonne, dont les fruits commencent à mûrir », explique G. M. Vian.

« Et le journal du pape sera tourné vers le monde, en informant sur la communion catholique sur les divers continents, sur les Eglises et les confessions chrétiennes, le judaïsme, l’islam et les autres religions, dans le cadre de l’application du Concile Vatican II, interprété à la lumière du discours historique que le Pontife romain a tenu à l’occasion du 40ème anniversaire de sa conclusion », assure-t-il.

« En suivant l’exemple de Benoît XVI et en diffusant ses enseignements, son journal veut s’adresser dans un esprit d’amitié à tous, croyants et non-croyants, et se confronter de manière respectueuse et claire avec tous, sur des thèmes tels que la dignité de l’être humain et la promotion de la justice », conclut-il.

Le nouveau vice-directeur, Carlo Di Cicco, signe également un article dans lequel il pénètre précisément la pensée du pape, en particulier dans sa dimension transcendante.

Il est encore trop tôt pour savoir quels changements introduira le nouveau directeur. Le plus évident est un nouveau style journalistique qui, à l’exemple des autres journaux, écrit « pape », « cardinal » ou « président » sans majuscule !