Traductions liturgiques: au service de la foi et de la communion dans l'Eglise

Le pape salue le travail de l'ICEL pour l'anglais

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 409 clics

Le pape François salue le travail fait par la Commission liturgique anglophone au service de l’unité de la foi et de la communion dans l’Eglise.

Le pape a en effet reçu en audience, vendredi 18 octobre, au Vatican, les membres et les officials de la Commission internationale pour l’anglais dans la liturgie (International Commission on English in the Liturgy, ICEL) à l’occasion de son 50e anniversaire.

Unité de la foi et communion

Le pape a mentionné la messe d’action de grâce célébrée la veille auprès du tombeau de l’apôtre Pierre et la grande inscription qui dit : « Hinc una fides mundo refulget; hinc unitas sacerdotii exoritur », qu’il a commentée ainsi : « En donnant à de très nombreux fidèles dans le monde la possibilité de prier dans un langage commun, votre Commission a aidé à fortifier l’unité de l’Eglise dans la foi et dans la communion sacramentelle. Cette unité et cette communion qui ont leur origine dans la Très sainte Trinité, ne cesse de réconcilier et d’accroître la richesse de la diversité. Puisse votre effort incessant aider à réaliser pleinement l’espérance exprimée par le pape Paul VI lorsqu’il a promulgué le Missel Romain : que « dans la grande diversité des langues, une seule prière s’élève comme une offrande qui plaît à Notre Père du Ciel, par notre Grand prêtre Jésus-Christ, dans l’Esprit Saint ».

Le pape a souligné que l’ICEL avait été fondée pour « contribuer à la mise en œuvre du grand renouveau liturgique » appelé de ses vœux par la Constitution dogmatique conciliaire  sur l’Eglise (cf. Lumen gentium, nn. 22-25) et que cet anniversaire était l’occasion « de rendre grâce pour le travail immense accompli par la Commission en cinquante ans ».

Intelligence et participation active

Un travail de traduction des textes liturgiques, mais pas seulement, il s’agissait aussi « de progresser dans l’étude, la compréhension et l’appropriation de la riche tradition eucologique et sacramentelle de l’Eglise ».

« Eucologique » est un adjectif employé souvent par les textes traitant de la liturgie, dérivé du grec εὐχή « prière » : la tradition eucologique est la tradition concernant la prière de l’Eglise.

Mais surtout le pape souligne que la travail de la Commission a permis de développer ce que le Concile avait souhaité : « une participation consciente, active et dévote à la liturgie » de la part des baptisés. Et de citer Benoît XVI lorsqu’il dit qu’on a besoin de comprendre la liturgie  de façon encore plus profonde «  à partir d’une plus grande conscience du mystère qui est célébré et de son rapport avec l’existence quotidienne »  (Exhort. ap. Sacramentum caritatis, 52).

« Les fruits de votre travail ont servi à donner une forme à la prière de très nombreux catholiques et ils ont aussi contribué à la compréhension de la foi, à l’exercice du sacerdoce commun des fidèles, au renouveau du dynamisme évangélisateur de l’Eglise : autant de thèmes centraux dans l’enseignement conciliaire ».

Les membres de la Commission étaient accompagnés par Mgr Arthur Roche, secrétaire de la Congrégation pour le culte divin et ancien président de l’ICEL. Le pape a également salué les Conférences épiscopales, les consulteurs et le personnel au service de la Commission.

Traduction du discours du pape à partir de l'original en italien: Zenit, Anita Bourdin