Trappistes, témoins de la Miséricorde: Jean-Paul II évoque Tibhirine

Une prière continue dont le monde a besoin

| 514 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 19 septembre 2002 (ZENIT.org) - Jean-Paul II remercie les Trappistes de leur prière continue, dans le contexte international actuel, les encourage à être partout des témoins de la Miséricorde et évoque le sacrifice des moines de Notre Dame de l’Atlas, à Tibhirine.



Le pape Jean-Paul II a en effet reçu ce matin au palais apostolique de Castelgandolfo les 220 abbés et abbesses cisterciens de la stricte observance (Trappistes) actuellement réunis en chapitres généraux à Rome.

"Le Pape vous remercie de l'incessante prière qui monte du silence de vos cloîtres pour son ministère et pour les intentions et besoins de toute l'Eglise", disait Jean-Paul II.

"Ne vous découragez pas devant difficultés et épreuves, même les plus douloureuses", ajoutait le pape en évoquant la vie offerte des sept moines du monastère de Notre-Dame de l'Atlas assassinés en 1996 à Tibhirine, en Algérie.

"Puisse ce sang versé faire germer de saintes vocations pour les monastères d'Europe, où le vieillissement des communautés féminines et masculines est le plus sensible. Et dans d'autres parties du monde, il est impératif d'assurer aux nombreux aspirants une correcte formation à la vie cistercienne".

Le pape soulignait la floraison des vocations "en Extrême-Orient notamment, au contact de traditions religieuses avec lesquelles il convient de tisser un dialogue sage et prudent, pour que de la pluralité culturelle jaillisse la seule lumière du Christ".

Car "Jésus est le soleil resplendissant dont l'Eglise doit être le fidèle reflet", ajoutait le pape.

Les deux chapitres généraux se proposent, soulignait Jean-Paul II, de "réfléchir aux moyens nécessaires pour que ce patrimoine spirituel commun réponde toujours mieux aux exigences présentes, sans altérer l'esprit des origines".

Or, "depuis le début, remarquait Jean-Paul II, les Cisterciens se caractérisent par une sorte de passion mystique, qui montre comment la recherche véritable de Dieu, par le biais d'une voie ascétique, porte à la joie ineffable de la rencontre intime avec le Christ".

"Cette haute spiritualité conserve aujourd'hui toute sa valeur de témoignage dans un contexte culturel qui favorise trop le désir des biens apparents et de paradis artificiels. Votre vocation est de témoigner (…) de l'idéal supérieur de la sainteté, atteint dans l'amour inconditionnel de Dieu, bonté infinie, et l'amour qui embrasse mystiquement l'humanité toute entière dans la prière".

C'est pourquoi le pape recommandait aux moines et aux moniales de transmettre leur patrimoine spirituel comme "une richesse pour l'ensemble du peuple chrétien".