« Trisomique, et alors ? »: 1ère Journée mondiale de la Trisomie 21

Modifier sa photo de profil sur les réseaux sociaux

| 1897 clics

ROME, mardi 20 mars 2012 (ZENIT.org) – La toute première Journée mondiale de la Trisomie 21 a lieu demain, 21 mars 2012: la Fondation Lejeune propose de marquer cette « première » mondiale en modifiant les photos de profils dans les réseaux sociaux avec cette interpellation : «Trisomique, et alors ? ». Car « La question du regard porté sur la trisomie 21 est une question de société ».

Pour la première fois en 2012, la Journée internationale de la trisomie 21 a été reconnue par une résolution de l’ONU instituant la "Journée mondiale de la trisomie 21" le 21 mars. Cette date du 21/03 est hautement symbolique : elle fait référence aux 3 chromosomes 21 à l'origine de la maladie. Le but de cette Journée est de sensibiliser et d’informer sur la trisomie 21.

A l’occasion de cette Journée, la Fondation Jérôme Lejeune est partenaire d'une campagne pour sensibiliser sur la trisomie 21 et interpeler la société.

Cette campagne soulève une interrogation fondamentale à propos de la place accordée à la personne trisomique, et plus largement à la personne handicapée et aux plus faibles.

La campagne « Trisomique… Et alors ? »  est portée par un groupe de parents d’enfants trisomiques souhaitant faire entendre un message fort de sensibilisation et véhiculer une image positive auprès de la société. Elle vise à démystifier la trisomie 21 et à interpeler le grand public sur le regard posé sur celle-ci, afin de permettre une réelle intégration des personnes qui en sont atteintes.

« La question du regard porté sur la trisomie 21 est une question de société de première importance, et il devient plus que jamais urgent d’y répondre, aussi bien pour les malades, les familles que pour la société tout entière. Interpeler sur cet enjeu, informer et former sur la réalité de cette maladie sont indispensables en France », expliquent les organisateurs.

Des annonceurs et d’autres acteurs ont permis la réalisation de cette opération : un bel élan de générosité témoignant d’une mobilisation possible et d’une volonté partagée de faire changer le regard sur la trisomie 21.