Trois principes pour les media: Vérité, bien commun, dignité de la personne

Commentaire de Mgr Foley

| 275 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 9 mars 2004 (ZENIT.org) – La vérité, le bien commun et la dignité de la personne devraient inspirer toute communication sociale, observe Mgr Foley.



Mgr John Foley, président du conseil pontifical pour les communications sociales rappelait aujourd’hui au micro de Radio Vatican les trois principes qui devraient inspirer les communications sociales: "Il y a trois principes lorsque l’on fait des émissions: la vérité, le bien commun et la dignité de la personne humaine, de toute personne. Parce que l’on travaille pour des personnes qui ont une dignité et nous devons les traiter avec dignité".

Mgr Foley ajoutait: "Nous avons besoin de vérité dans les media, et dans la société". Il aimerait que les media disent "toujours et seulement la vérité", et qu’ils ne cherchent pas seulement les "problèmes" mais aussi les "solutions", et choisir aussi comme "nouvelle" ce qui se fait "pour résoudre les problèmes de la société".

Un rêve pour l’avenir des media
Mgr Foley évoquait ce dont traitera l’assemblée: "Nous avons demandé à chaque membre de présenter une idée à propos des aspects les plus importants des moyens de communication sociale dans l’Eglise et dans la société, au cours de ces 40 ans, et d’exprimer un rêve: qu’aimerions-nous voir dans les dix prochaines années dans ce domaine? Nous allons aussi parler de cinéma et de spiritualité, parce que certains membres ont demandé un document sur ce thème. Donc, nous discuterons d’un projet de document sur ce sujet".

L’Eglise doit avoir ses propres moyens de communication
A propos de la place de la religion dans les media, Mgr Foley observait; "Nous avons assisté à la sécularisation de la société, grâce aussi à la privatisation des media et à la dé-règlementation des moyens électroniques. Nous avons vu que les propriétaires et les gouvernements eux-mêmes n’accordent pas d’importance à la religion et à la spiritualité. Il y a moins de temps et moins d’espace disponibles pour la religion dans les moyens électroniques. Et beaucoup, dans les domaines des nouvelles et des journaux télévisés ne pensent pas à la religion comme à une partie essentielle de la vie humaine, hélas. Donc nous avons une diminution de la présence de la religion et de la spiritualité, également en raison du marché qui donne de l’importance aux choses matérielles à vendre. Nous vivons dans un environnement très matérialiste. Il est donc très important pour l’Eglise d’avoir ses propres moyens de communication. Le concile Vatican II lui-même l’a dit dans le document "Inter Mirifica". Nous avons toujours eu des livres. Le premier livre imprimé a été la Bible. Depuis longtemps, il y a une presse catholique. Et maintenant nous devons avoir davantage; des radios et des télévisions catholiques. Mais pour le moment, les télévisions sont très chères. Les coûts sont énormes pour développer des télévisions. Il faut donc avoir de bonnes relations avec d’autres moyens de communication, public et privés, pour avoir la certitude que la religion puisse y entrer de façon à réfléchir à toute la vie humaine. L’homme ne vit pas seulement de pain mais aussi de la parole de Dieu. Nous devons aussi avoir la possibilité de former des personnes ayant une sensibilité religieuse et spirituelle pour réaliser des spectacles sensibles à la réalité religieuse et spirituelle".