« Tweets » de Benoît XVI : dignité de l'homme et quête de la vérité

Echos du discours annuel à la curie

| 1194 clics

Anne Kurian

ROME, vendredi 21 décembre 2012 (Zenit.org) – Benoît XVI @Pontifex a « twitté » à nouveau ce vendredi 21 décembre, en fin de matinée, à l’issue de ses vœux de Noël à la curie romaine.

Tout comme il l’avait fait pour la catéchèse de mercredi dernier (cf. Zenit du 19 décembre 2012), le pape a publié trois formules tirées de son discours, sur le réseau social twitter.

« Quand tu nies Dieu, tu nies la dignité de l’homme. Qui défend Dieu, défend l’homme ».

« Nous ne possédons pas la vérité, c’est la Vérité qui nous possède. Christ qui est la Vérité, nous prend par la main »

« À la fin de l’année, prions pour que l’Église, malgré ses limites, croisse toujours plus comme maison de Dieu ».

Le pape venait de dresser devant les membres de la Curie son traditionnel bilan de l’année civile écoulée, durant lequel il avait particulièrement insisté sur la « défense de la famille », où "l’être humain lui-même est en jeu".

« Là où Dieu est nié, la dignité de l’être humain se dissout aussi », a-t-il fait observer, car « Celui qui défend Dieu, défend l’être humain ».

Le pape a appelé à s'engager pour la famille, estimant que "le refus du lien humain, qui se répand toujours plus à cause d’une compréhension erronée de la liberté et de l’auto-réalisation", est cause de la disparition "des figures fondamentales de l’existence humaine : le père, la mère, l’enfant ; des dimensions essentielles de l’expérience du fait d’être une personne humaine tombent".

Or, "c’est seulement dans le don de soi que l’être humain se réalise lui-même, et c’est seulement en s’ouvrant à l’autre, aux autres, aux enfants, à la famille, c’est seulement en se laissant modeler dans la souffrance, qu’il découvre la dimension du fait d’être une personne humaine", a-t-il insisté.

Benoît XVI a également invité le chrétien à la « recherche passionnée de la connaissance », en ayant "la grande certitude fondamentale de pouvoir tranquillement prendre le large dans la vaste mer de la vérité, sans avoir à craindre pour son identité de chrétien ».

En effet, a-t-il ajouté « ce n’est pas nous qui possédons la vérité, mais c’est elle qui nous possède : le Christ qui est la Vérité nous a pris par la main, et sur le chemin de notre recherche passionnée de connaissance, nous savons que sa main nous tient fermement ».

"Au terme de cette année, nous voulons prier le Seigneur, afin que l’Église, malgré ses pauvretés, devienne toujours plus identifiable comme sa demeure", a conclu Benoît XVI.