Un ancien otage vient remercier Benoît XVI de ses interventions

Eugenio Vagni aurait pu être décapité

| 1595 clics

ROME, Mercredi 3 mars 2010 (ZENIT.org) - Un ancien otage italien, employé de la Croix Rouge aux Philippines, est venu mercredi, à l'audience remercier Benoît XVI de son soutien. Il confie les raisons de sa venue à L'Osservatore Romano.

Eugenio Vagni est resté aux mains de ses ravisseurs pendant 178 jours, entre janvier et juillet 2009.

Il raconte que ses geôliers lui ont appris les interventions du pape en sa faveur : « Tu es un ami du pape ? lui ont-il demandé. Il t'aime, il continue de demander ta libération ».

Or, à ce moment-là , Eugenio Vagni avoue qu'il vivait des « moments terribles » et craignait bien d'être décapité : « Sentir la proximité du pape m'a donné du courage. Je suis venu aujourd'hui avec ma famille pour le remercier », ajoute-t-il.

A la fin de l'audience, le pape a salué, comme c'est la coutume, les jeunes, les malades et les jeunes mariés en disant : « Chers jeunes, préparez-vous à affronter les importantes étapes de votre vie en fondant chacun de vos projets sur la fidélité à Dieu et à vos frères. Chers malades, offrez vos souffrances au Père céleste, en union avec celles du Christ, pour contribuer à la construction du Royaume de Dieu. Et vous, chers jeunes mariés, sachez quotidiennement édifier votre famille sur l'écoute de Dieu et l'amour fidèle et réciproque ».

Après l'audience, Benoît XVI a en outre béni la « lampe votive » pour les célébrations du 500e anniversaire de l'apparition de la Vierge Marie dans le Nord de l'Italie, à Motta di Livenza. Une lampe qui brûlera dans la basilique dès le 9 mars prochain.

Le recteur du sanctuaire, le P. Alfonso Cracco a indiqué que ce sanctuaire se trouve au carrefour de quatre diocèses : Vittorio Veneto, Trévise, Pordenone et Venise. Cela en fait un « lieu de pèlerinage et de confessions » important pour la région.


Anita S. Bourdin