Un Ave Maria pour le patriarche Bartholomaios Ier

Angélus du samedi 29 juin 2013

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 705 clics

Le pape François prie avec la foule de la place Saint-Pierre Un Ave Maria pour le patriarche oecuménique de Constantinople, Bartholomiaos Ier, qui a envoyé une délégation à Rome pour la fête de saint Pierre et saint Paul. Il fait observer que tout le Peuple de Dieu est débiteur" envers les apôtres Pierre et Paul "pour le don de la foi".

Le pape a en effet présidé la prière de l'angélus depuis la fenêtre du bureau du palais apostolique qui donne place Saint-Pierre, à midi, ce samedi, 29 juin, en la solennité des apôtres Pierre et Paul, saints patrons de l'Eglise de Rome.


Paroles du pape François en italien, avant l'angélus

Chers frères et soeurs, bonjour!

Aujourd'hui, 29 juin, c'est la fête solennelle des saints Pierre et Paul. C'est de façon spéciale la fête de l'Eglise de Rome, fondée sur la martyre de ces deux apôtres. Mais c'est aussi une grande fête pour l'Eglise universelle, parce que tout le Peuple de Dieu est débiteur envers eux pour le don de la foi.

Pierre a été le premier à confesser que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu. Paul a répandu cette annonce dans le monde gréco-romain. Et la Providence a voulu que tous deux parviennent ici à Rome et qu'ils y versent leur sang pour la foi.  C'est pourquoi l'Eglise de Rome est devenue, immédiatement, spontanément, le point de référence pour toutes les Eglises répandues dans le monde. Non du fait du pouvoir de l'empire, mais par la force du martyre, du témoignage rendu au Christ! Au fond, c'est toujours seulement l'amour du Christ qui engendre la foi et fait avancer l'Eglise.

Pensons à Pierre. Lorsqu'il a confessé sa foi en Jésus, il ne l'a pas fait en vertu de ses capacités humaines, mais parce qu'il avait été conquis par la grâce qui émanait de Jésus, par l'amour qu'il percevait dans ses paroles et qu'il voyait dans ses gestes: Jésus était l'amour de Dieu en personne!

Il est arrivé la même chose à Paul, même si de façon différente. Dans sa jeunesse, Paul était un ennemi des chrétiens, et quand le Christ ressuscité l'appela sur la route de Damas, sa vie en a été transformée: il comprit que Jésus n'était pas mort, mais vivant, et qu'il aimait lui aussi, alors qu'il était son ennemi!Voilà l'expérience de la miséricorde, du pardon de Dieu en Jésus Christ: voilà la Bonne nouvelle, l'Evangile dont Pierre et Paul ont fait l'expérience en eux-mêmes et pour lequel ils ont donné leur vie 

Miséricorde, pardon: le Seigneur nous pardonne toujours, le Seigneur fait miséricorde, il est miséricordieux, il a un coeur miséricordieux et il nous appelle toujours.

Chers frères, quelle joie que de croire en un Dieu qui est tout amour, tout grâce! Voilà la foi que Pierre et Paul ont reçue du Christ et qu'ils ont transmise à l'Eglise. Louons le Seigneur pour ces deux glorieux témoins et comme eux laissons-nous conquérir par le Christ, par la miséricorde du Christ.

Rappelons aussi que Simon-Pierre avait un frère, André, qui a partagé avec lui l'expérience de la foi en Jésus. Plus encore, André a rencontré Jésus avant Simon, et il en a parlé immédiatement à son frère et il l'a conduit à Jésus. J'aime à le rappeler aussi parce qu'aujourd'hui, selon cette belle tradition, la délégation du patriarcat de Constantinople, qui a justement comme saint patron l'apôtre André, est présente à Rome. Tous ensemble, adressons notre salutation cordiale au patriarche Bartholomaios Ier, et prions pour lui et pour toute cette Eglise.

Je vous invite aussi à prier tous ensemble un Ave Maria pour le patriarche Bartholomaios Ier, tous ensemble: Ave Maria …

Prions aussi pour les archevêques métropolitains de différentes Eglises du monde auxquels je viens de remettre le pallium, symbole de communion et d'unité.

Que notre Mère bien-aimée, la Sainte Vierge Marie, nous accompagne et nous soutienne tous. 

(Prière de l'angélus, pour les défunts et bénédiction)

Traduction de Zenit, Anita Bourdin