Un "chinois" chez les Lazaristes

Il avait l'accent du midi

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 422 clics

Le martyrologe romain fait aujourd'hui mémoire de saint Jean-Gabriel Perboyre, prêtre et martyr français en Chine (1802-1840).

Ce jeune lazariste originaire de était originaire de Puech. C'est lui le "Chinois" dont on reconnaît facilement la statue dans la chapelle des Lazaristes, à Paris, rue de Sèvres, non loin de la tombe de leur fondateur, saint Vincent de Paul.

Il était entré dans la Congrégation de la mission en 1820 et il est arrivé à Paris dix ans plus tard pour être maître des novices. Mais il était habité par le désir de porter l'Evangile en Chine.

Son désir se réalisa en 1835, lorsque fut envoyé à la mission du Hona et du Hupe. Il y rencontra la persécution et résista avec courage, continuant son ministère au milieu des pires embûches.

Mais il fut arrêté en septembre 1839, jeté en prison et torturé, pendant un an. Le 11 septembre 1840, ses bourreaux le pendirent finalement à une croix.

Sa dépouille est revenue à la maison mère des Lazaristes à Paris en 1860. Il a été béatifié en 1889 et canonisé par Jean-Paul II en 1996.

Dans son homélie, le pape a souligné que Jean Gabriel Perboyre “a voulu suivre le Christ évangélisateur des pauvres, à l’exemple de saint Vincent de Paul”. “Après avoir exercé le ministère de formateur du clergé en France, il partit pour la Chine. Il y témoignera ardemment de l’amour du Christ pour le peuple chinois.”

Et de citer une lettre du saint: “Je ne sais pas ce qui m’est réservé dans la carrière qui s’ouvre devant moi: sans doute bien des croix, c’est là le pain quotidien du missionnaire. Et que peut-on souhaiter de mieux, en allant prêcher un Dieu crucifié?”

Et cette parole qu’il aimait à répéter: “Une seule chose est nécessaire: Jésus Christ”. “Son martyr continuait le pape est le sommet de son engagement à la suite du Christ missionnaire. Après avoir été torturé et condamné, reproduisant avec une extraordinaire similitude la passion de Jésus, il ira comme lui jusqu’à la mort et la mort sur une croix.” Il concluait: “Jean-Gabriel avait une unique passion, le Christ et l’annonce de son Evangile.

A l’angélus, le pape a adressé cetet exhortation en français aux pèlerins: “Je salue cordialement les pèlerins venus pour la canonisation de Jean-Gabriel Perboyre. Que l’exemple du nouveau saint, qui a suivi le Christ sur le chemin de sa passion pour annoncer l’Evangile en Chine, vous incite à servir Dieu et vos frères avec une ardeur renouvelée, dans la joie et la fidélité.”