Un chrétien sans mémoire n'est pas un chrétien

Homélie du matin

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1120 clics

« Un chrétien sans mémoire n’est pas un vrai chrétien: c’est un homme ou une femme prisonnier du moment », estime le pape François, qui rappelle que l’Esprit-Saint « aide à faire mémoire ».

Le pape François a en effet centré son homélie du matin sur l’Esprit-Saint, en ce temps liturgique entre l’Ascension et la Pentecôte, ce 13 mai 2013. Il a célébré la messe en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, en présence d’employés du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement.

Selon L’Osservatore Romano, le pape s’est inspiré de la première lecture, où l’apôtre Paul demande aux Ephésiens « Quand vous êtes devenus croyants, avez-vous reçu le Saint-Esprit ? » et ils lui répondent : « Nous n'avons même pas appris qu'il y a le Saint-Esprit » (Ac 19, 1-8).

Encore aujourd’hui, l’Esprit-Saint est « toujours un peu l’inconnu de la foi », a-t-il constaté en illustrant par une anecdote personnelle : « Une fois, lorsque j’étais curé de paroisse, durant la messe pour les enfants, le jour de la Pentecôte, j’ai demandé : “Qui sait qui est l’Esprit-Saint ?”. Et tous les enfants ont levé la main… L’un d’eux a répondu : «“Le paralytique (Il paralitico)!”. Il avait entendu “paraclet (paraclito)”, et avait compris “paralytique (paralitico)”! »  

Le pape a poursuivi en mettant en lumière une facette de l’Esprit-Saint, exprimée par Jésus : « Il vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jn 14,26). Par conséquent, « l’Esprit-Saint c’est Dieu actif en nous... Dieu qui fait se réveiller la mémoire. L’Esprit-Saint nous aide à faire mémoire », a-t-il expliqué.

Pour le pape, il est « important, de faire mémoire », car « un chrétien sans mémoire n’est pas un vrai chrétien: c’est un homme ou une femme prisonnier du moment ».

Sans mémoire, le chrétien « a une histoire » mais « il ne sait pas comment mettre à profit son histoire », a insisté le pape, soulignant le rôle de l’Esprit-Saint dans ce contexte : « la mémoire qui vient du cœur est une grâce de l’Esprit-Saint ».

Cette mémoire, a-t-il précisé, c’est notamment la mémoire « de ses misères, de ses péchés », la mémoire « de son esclavage du péché », mais aussi la mémoire « du salut » de Dieu.

La mémoire est bénéfique également à celui qui est tenté par la vanité « et croit être un peu le “prix Nobel” de la sainteté », a fait observer le pape François. Il s’agit dans ce cas de se rappeler de ces moments où il est « tout derrière, dans le troupeau ».

« Je voudrais aujourd’hui demander la grâce de cette mémoire, pour nous tous », demander « à l’Esprit-Saint qu’il nous rende tous hommes et femmes “de mémoire”», comme la Vierge Marie, « femme de la mémoire », a conclu le pape.

Au terme de la messe, il a fait « une annonce paroissiale », comme il l’a présentée avec humour, souhaitant un joyeux anniversaire à Mgr Peter Bryan Wells, assesseur à la Secrétairerie d’Etat, le remerciant « de tout ce qu’il fait pour le bien de l’Eglise ».