Un congrès international sur la liturgie au Vatican

Pour les 50 ans de la constitution Sacrosanctum Concilium

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 764 clics

Le symposium "Sacrosanctum Concilium. Gratitude et engagement pour un grand mouvement de communion ecclésiale", organisé par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a été présenté ce matin, 13 février 2014, au Vatican.

Mgr Arthur Roche, Secrétaire du dicastère, le P. Juan Miguel Ferrer Grenesche, sous-secrétaire, et le Prof. Philippe Chenaux, professeur d’histoire de l’Eglise moderne et contemporaine à l’Université pontificale du Latran, sont intervenus.

La rencontre, qui aura lieu à l’Université du Latran du 18 au 20 février, marquera les 50 ans de la Constitution conciliaire sur la Liturgie promulguée par Paul VI le 4 décembre 1963. Elle bénéficie de la collaboration de l'Université pontificale et du soutien de l’Université catholique «S. Antonio» de Murcie, en Espagne.

Dans un texte lu ce matin, le cardinal Antonio Cañizares Llovera, préfet du dicastère, a rappelé que la constitution "Sacrosanctum Concilium" avait soutenu « le grand et authentique renouveau liturgique de notre temps ».

Le symposium est donc consacré « à la mémoire, à l’étude et à l’approfondissement de cette constitution conciliaire », afin de « rendre grâce à Dieu » pour la « grande portée » de ce fruit du Concile, exprimée par « le renouveau de l’Eglise et de l’humanité qui a suivi » mais aussi pour le « dynamisme rénovateur de l’Eglise qui continue à en jaillir ».

Pour le cardinal, la rencontre sera aussi l’occasion de souligner « l’urgence de poursuivre le renouveau liturgique voulu par Vatican II » car « si beaucoup a été fait », il reste cependant « beaucoup à faire ».

« De là jailliront des fruits de renouveau ecclésial, de nouvelle évangélisation, d’édification d’une humanité nouvelle, faites d’hommes et de femmes conduits par l’amour de Dieu et au service de la paix », a-t-il conclu.

Mgr Arthur Roche a détaillé le programme du congrès, qui proposera une série de réflexions théologiques et pastorales, mais accordera surtout une place « éminente » aux célébrations et aux temps de prière : la Liturgie des Heures, l’adoration eucharistique et l’Eucharistie. Une audience avec le pape François est prévue le 19 février.

Pour mettre en relief « la beauté offerte par l’art au service de la liturgie », un concert « Voix de l’Orient chrétien » aura lieu le 18 février et l’exposition « L’art liturgique dans la sacristie papale après Vatican II » sera inaugurée le 19.

Les participants de cette rencontre internationale, représentants de conférences épiscopales, de Commissions liturgiques, de centres d’étude théologique, proviendront d’Amérique du Nord et du Sud, d’Asie, d’Océanie, d’Europe occidentale et orientale, d’Afrique. 

Mgr Enrico dal Covolo, S.D.B., recteur de l’Université du Latran, se réjouit dans un message de la variété des intervenants, théologiens et pasteurs de divers continents, qui démontre « l’engagement dans le dialogue fraternel et sincère avec les Eglises locales ».

Ces travaux devront conduire à « resserrer le lien intrinsèque entre la célébration liturgique et la mission d’évangélisation et de témoignage de l’Eglise, jusqu’aux périphéries les plus lointaines », estime-t-il.