Un dîner avec les pauvres au Vatican

Joie, émotion et... incrédulité

Rome, (Zenit.org) Constance Roques, Anne Kurian | 1080 clics

Plus de 200 personnes pauvres de Rome ont participé à un dîner festif dans les jardins du Vatican, le 1er juillet 2013. Un moment de « joie, d’émotion et… d’incrédulité », témoigne Mgr Camaldo.

Le Cercle de Saint Pierre, qui recueille chaque année « l’obole pour la charité du pape », dans les églises de Rome, au mois de juin, était à l’origine de cette initiative. 

Le dîner, en l’honneur du pape François, a eu lieu devant la grotte de Lourdes, où les invités ont été servis par les bénévoles du Cercle de Saint Pierre – dont le président, le duc Léopold Torlonia – et par le cardinal Giuseppe Bertello, président du Gouvernorat de la Cité du Vatican.

« Nous avons vécu une journée très sereine et pleine de joie », témoigne Mgr Franco Camaldo, assistant ecclésiastique du Cercle, au micro de Radio Vatican : « D’après les personnes accueillies, le diner a été très apprécié parce qu’il était très soigné, et tout le monde l’a trouvé très bon... On lisait sur le visage de nos invités, beaucoup de joie mêlée à de l’émotion et une certaine incrédulité : se trouver dans les jardins du Vatican, par un très bel après-midi, devant la grotte de la Vierge, être servi à table, des tables très bien décorées, il y avait vraiment beaucoup d’émotion et d’incrédulité ! ».

A la fin du repas, des cadeaux ont été remis aux participants, ajoute-t-il : « Deux sacs, l’un avec des fruits, et l’autre avec des gâteaux venus de Naples. Et puis, en souvenir de cette journée, nous leur avons offert un porte-clefs du pape, avec une image du Saint-Père. Ils ont souvent crié : « Vive le pape, vive le pape ». »

Mgr Camaldo évoque aussi « quelque chose de très, très beau et d’unique : de nombreux invités sont venus nous apporter des textes écrits, des lettres, des pensées pour le pape (…). Nous ferons remettre au pape François quelques photos du dîner avec ces lettres, parce qu’elles expriment vraiment la reconnaissance des participants à son égard ».

Selon le Cercle de Saint-Pierre, « le nombre des personnes dans le besoin a augmenté [ces dernières années]. Et l’identité des personnes a changé (…). Aujourd’hui, il y a une nouvelle identité du pauvre : auparavant, il y avait de nombreuses personnes extérieures à la Communauté européenne ; aujourd’hui, en revanche, il y a beaucoup d’Italiens qui ne parviennent pas à faire face aux dépenses à cause de la crise actuelle et qui n’arrivent pas à la fin du mois ».

Ces personnes, estime Mgr Camaldo, « ont besoin de tout ! Elles ont besoin d’une aide immédiate, et donc du repas tout prêt parce qu’elles n’ont pas d’argent pour aller l’acheter, mais elles ont aussi besoin de notre affection, de notre solidarité, de notre charité ».

« Le Cercle de Saint Pierre est le bras de la charité du pape pour les pauvres de Rome », avait dit Jean-Paul II en évoquant « la soupe du pape », distribuée pendant la IIème guerre mondiale, dans les cuisines du Cercle.