Un jeune handicapé, un couple qui fête 40 ans de mariage: la pastorale du pape

Des coups de téléphone qui font le tour du monde

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1024 clics

Le pape François a décroché son téléphone, comme il le fait souvent, pour appeler un jeune italien de Pinerolo, près de Turin, Michael. Il a 15 ans. Depuis l’âge de 4 ans, il souffre de dystrophie musculaire et se déplace dans un fauteuil roulant à moteur. Il a aussi appelé un couple qui fêtait ses 40 ans de mariage. Il s'étonne que ses coups de téléphone, qui appartiennent à sa pastorale ordinaire, directe, fassent le tour du monde comme des "nouvelles".

Michael vit avec sa mère dans un HLM à Pinerolo, près de Turin. C’est sa maman qui a pris l’appel et le pape a voulu parler au jeune garçon qui raconte, sur son réseau social qu’il a reconnu tout de suite la voix du pape, comme il l’avait entendue à la télévision. C’était samedi, 14 septembre, à 12 h 10. Pourquoi ? Parce qu’un proche de Michael avait écrit au Vatican quelque jour auparavant.

 « Je voudrais vous rencontrer », a dit le pape François, ou plus exactement : « vous rencontrer serait un honneur pour moi ».

« Je lui ai répondu que même si j’étais dans fauteuil roulant j’allais bien, raconte Michael. Je ne me suis pas trop ému. Le pape m’a mis à l’aise tout de suite. J’ai compris immédiatement que c’était lui et pas une blague, car j’ai reconnu sa voix, c’était la même qu’à la télévision. Le pape a répondu à un courriel que lui a envoyé un membre de ma famille qui lui demandait s’il pouvait de me recevoir à Rome ».

.«  J’ai tout de suite raconté mon expérience sur Facebook, et maintenant j’ai hâte de le raconter à mes amis. Le pape m’a invité à Rome, j’espère pouvoir faire ce voyage, mais le billet coûte cher. A la fin de l’appel, le pape m’a dit : je prie pour toi, et toi prie pour moi. » Il pourrait venir participer à une audience du mercredi.

Un couple qui fêtait ses 40 ans de mariage, toujours dans le Nord de la péninsule, a lui aussi eu la surprise d’un appel du pape François: sans le leur dire, leurs filles, sachant la grande foi de leurs parents, avaient écrit au pape en juin dernier à propos de cet anniversaire, rappelant leur voyage de noces en Terre Sainte et la mort de leur premier fils. Marilena Turnati, 58 ans, a confié : « Ce sera le plus bel anniversaire, le plus inoubliable de ma vie et de celle de mon mari Valter. Nous sommes originaires de Campanie, mais depuis quelques mois, nous avons déménagé dans le Piémont, à Alessandria, pour être proches de nos deux filles. »

Elle raconte : « Hier, avant le déjeuner, le coup de téléphone que tu n’attends pas. J’ai répondu moi-même sur le portable. Et quand j’ai compris qu’il s’agissait du Saint-Père, j’ai cru m’évanouir sous le coup de l’émotion. Je vous laisse deviner ma joie en recevant ces vœux. J’espère que mon témoignage s’unisse au chœur de tous les autres. »

C’est un geste qui appartient à la sollicitude pastorale du pape François, une habitude du cardinal Jorge Mario Bergoglio, la pastorale au téléphone pour parler directement aux personnes qui, par lettre ou par mail, lui confient leur souffrance ou leurs joies. Mais pour tous, les appels du pape sont une nouveauté totale et une « nouvelle ».

Et le pape s’étonne que ses conversations fassent le tour du monde. Il a confié au directeur du Centre de télévision du Vatican, le père Dario Edoardo Vigano qui le confie à l’hebdomadaire italien « Famiglia Cristiana » : « Dites aux journalistes que mes coups de téléphone ne sont pas une nouvelle. Je suis comme ça, j’ai toujours fait ça à Buenos Aires aussi. Je recevais un billet, une lettre d’un prêtre en difficulté, d’une famille ou d’un détenu et je répondais. Pour moi c’est beaucoup plus simple d’appeler, de m’informer du problème et de suggérer une solution. A certains je téléphone, à d’autres j’écris ».

Avec une traduction d'Océane Le Gall