Un « lectorat » ? Le rôle des laïcs dans la proclamation liturgique

Deuxième volet du triptyque : la Parole dans l’Eglise

| 2841 clics

ROME, Jeudi 11 novembre 2010 (ZENIT.org) - Dans « Verbum Domini », le pape Benoît XVI invite ses collaborateurs à mener une réflexion sur un éventuel « lectorat » pour les laïcs, hommes et femmes. Il en va de la proclamation adéquate de la Parole de Dieu dans la célébration liturgique.

Le deuxième volet (§§ 50-89) du document de Benoît XVI sur la Parole de Dieu dans la vie de l'Eglise s'intitule en effet « Verbum in Ecclesia » (La Parole dans l'Eglise) : la Bible se lit en Eglise.

La première partie de ce 2e volet - La Parole de Dieu et l'Eglise (§§ 50-51) - est suivie d'une réflexion sur la liturgie comme « lieu privilégié de la Parole de Dieu » (§§ 52-71).

Benoît XVI suggère, entre autres, l'opportunité d'un « directoire homilétique ». Il est déjà en chantier dans les dicastères ad hoc, a indiqué Mgr Eterovic: un tel directoire avait aussi été suggéré par le synode sur l'Eucharistie. Le pape souligne aussi l'importance de penser aux personnes malvoyantes ou aux malentendants dans la liturgie.

La troisième partie de ce 2e volet s'intitule « La Parole de Dieu dans la vie ecclésiale » et parle tout d'abord de la liturgie comme lieu de la « rencontre de Dieu » (§§ 72-89).

Le document prend en considération l'examen du « lectorat » pour des laïcs hommes et femmes, étant donné l'importance d'une bonne proclamation de la Parole dans les célébrations liturgiques. Une réflexion précédente, en contexte clérical, dans les années 70 n'avait pas abouti. Le pape, a précisé le cardinal Ouellet, reprend le thème cette fois à partir de la mission des fidèles laïcs. Le pape reconnaît que cet aspect du ministère laïc doit être « approfondi ». Il en va de la « qualité de la proclamation de la Parole de Dieu », et cela revêt donc une « grande importance ».

Cette deuxième partie rappelle aussi - après les exhortations de Jean-Paul II - que l'on ne peut en aucun cas remplacer les textes bibliques de la liturgie par d'autres textes, et en particulier que le psaume doit être maintenu, et même chanté. Les chants inspirés par la bible sont encouragés.

Une très grande richesse de propositions est rassemblée dans cette deuxième partie, notamment sur la « dimension biblique de la catéchèse », la Parole de Dieu et la Vie consacrée, ou la famille, et la Terre Sainte.

Anita S. Bourdin