Un mois avec le P. Joseph Wresinski (1917-1988)

Refuser la misère et préparer le 17 octobre

Rome, (Zenit.org) Jean Tonglet | 660 clics

Après le Cardinal Jean-Marie Aaron Lustiger en septembre, c’est avec un autre prêtre français aux ascendances polonaises, le père Joseph Wresinski, que nous allons passer le mois d’octobre. Une grande amitié liait les deux hommes et c’est le Cardinal Lustiger qui célébra, le 18 février 1988, les obsèques du fondateur du Mouvement International ATD Quart Monde.

Né à Angers dans une famille que la guerre et ses conséquences avait plongé dans la misère, Joseph Wresinski, grâce au courage de sa mère, grâce aussi à la rencontre avec la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, a pu réaliser sa vocation de suivre Jésus-Christ comme prêtre, dans son amour pour les plus méprisés, les plus abandonnés des hommes.

Ordonné prêtre en 1946, il est d’abord vicaire puis curé de paroisse dans le diocèse de Soissons. En juillet 1956, à la demande de son évêque, il rejoint le « Camp des sans-logis » de Noisy-le-Grand en région parisienne.  Il y crée, avec  les familles qui y habitent et quelques amis une association qui deviendra le Mouvement ATD Quart Monde. Il consacrera toute son énergie à faire reconnaître le peuple des pauvres, auquel il donnera le nom de Quart Monde, un peuple en quête de dignité, un peuple avec une pensée et une expérience uniques, indispensables à la société. "J’ai été hanté, dira-t-il,  par l’idée que jamais ces familles ne sortiraient de la misère aussi longtemps qu’elles ne seraient pas accueillies dans leur ensemble, en tant que peuple, là où débattaient les autres hommes. Je me suis promis que si je restais, je ferais en sorte que ces familles puissent gravir les marches du Vatican, de l’Elysée, de l’ONU...".

Nous aurions pu attendre février pour passer ce mois avec le père Joseph Wresinski, né le 12 février 1917 et décédé le 14 février 1988. Il eut sans doute préféré, lui qui s’effaçait derrière la population qu’il voulait mettre en avant, que nous nous centrions moins sur sa personne que sur celles et ceux à qui il a voué son existence et auquel il a voulu rendre témoignage, le 17 octobre 1987, quelques mois avant son retour à Dieu, en inaugurant, sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris, une dalle à l’honneur des victimes de la misère. De cette initiative est née la Journée Mondiale du refus de la misère, célébrée le 17 octobre de chaque année et reconnue officiellement par les Nations unies en 1992.

Une réplique de la Dalle de Paris a été inaugurée à Rome en octobre 2000 sur le Parvis de la Basilique de Saint-Jean-du-Latran. Elle reprend en italien le texte de la dalle originale, auquel ont été ajoutées les paroles prononcées le 12 mars 2000 par le Pape Jean-Paul II : « Jamais plus l’exclusion, les discriminations, l’oppression, le mépris des pauvres et des petits ».

Le choix des citations a été fait pour les lecteurs de Zenit par Jean Tonglet, volontaire-permanent du Mouvement ATD Quart Monde depuis 1977, représentant du Mouvement à Rome. Et en préparation à la journée du 17 octobre.