Un mois avec saint Padre Pio

A l'écoute de celui qui voulait "rester caché"

Rome, (Zenit.org) Christian Redier | 547 clics

En ce mois de décembre, par de brèves citations, saint Padre Pio va nous aider à aller vers l’Enfant Jésus, pauvre dans sa crèche et si cher aux yeux de la famille franciscaine. Un livre va nous accompagner, Le Secret de Padre Pio, publié aux éditions Téqui et traduit de l’italien.

L’ouvrage, qui a fait grand bruit en Italie, est l’œuvre d'Antonio Socci, journaliste à la RAI. Ce dernier dévoile ce qui permet de comprendre en profondeur le stigmatisé. La vocation du capucin réside dans un holocauste total. Son but : ressembler toujours plus au Christ. Non pas tant physiquement (il se défiera de ses stigmates) mais spirituellement.

Or, Jésus vient sur terre pour s’offrir pour les pécheurs. Padre Pio veut donc, à son tour, dans une imitation toujours plus grande, intercéder auprès de Dieu pour soulager ceux qui souffrent : « Si j’apprends que quelqu’un est affligé dans son âme et dans son corps que ne ferai-je pas auprès du Seigneur pour le voir délivré de ses malheurs ? C’est bien volontiers que je prendrai sur moi tous ses tourments pour le voir sauvé ».

Certes, les révélations sur l’attentat contre Jean-Paul II sont importantes mais ce livre ne cherche pas le sensationnalisme. L’auteur reconstruit les étapes d’un itinéraire spirituel, mystique, fulgurant et unique, dont l’originalité provient des témoignages de nombreux miraculés et convertis, souvent devenus des fils spirituels du saint. Il étudie ses charismes et ses pouvoirs miraculeux. Mieux, grâce à des révélations et à des témoignages inédits, Antonio Socci nous fait découvrir le vrai Padre Pio et le secret de son cœur. La vie du religieux est un sacrifice, le Sacrifice de la Croix, comme celui de son divin Maître.

Chaque jour, écoutons donc celui qui voulait « rester caché ».

Le secret de Padre Pio, de Antonio Socci

(Traduit par Christelle Scalegno-Muller, Préface de Yves Chiron, éd. Téqui, 22 euro)

"Saint Pio de Pietrelcina, prêtre capucin, qui exerça très longtemps un ministère pastoral de miséricorde, de prière et de pénitence dans le même couvent de San Giovanni Rotondo, dans les Pouilles: il y fit construire l'hopital "Maison du soulagement de la souffrance", et il y mourut en 1968, vraiment configuré au Christ en croix" (Martyrologe romain).

[A partir de la grande neuvaine de Noël, le 17 décembre, la voix du padre Pio laissera la place à la voix de la liturgie de l'Eglise avec les antiennes de Noël]