« Un monde sans Dieu serait inhumain »

Intervention du card. Tauran à Rimini

| 1135 clics

Luca Marcolivio
Traduction d’Anne Kurian

ROME, mercredi 29 août 2012 (ZENIT.org) – « Un monde sans Dieu serait inhumain », déclare le cardinal Tauran.

Le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, est intervenu sur le thème de la liberté religieuse, au cours d’une table ronde avec le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, dans le cadre de la Rencontre internationale de Rimini (Italie) organisée par le mouvement Communion et Libération (cf. Zenit du 20 août 2012).

La liberté religieuse « se fonde sur la nature même de l’homme, créée par Dieu », rappelle le cardinal Tauran, aussi l’Etat « ne doit pas interférer avec la vie religieuse, tant que les droits d’autrui ne sont pas lésés ».

Cependant, l’Etat doit « prendre acte que l’homme est par nature religieux, que le fait religieux est partie intégrante de la société » et que « un monde sans Dieu serait un monde inhumain », estime-t-il.

Le président du dicastère pour le dialogue interreligieux souligne par ailleurs que « l’homme est grand lorsqu’il fait de sa vie une réponse à l’amour de Dieu ». Citant Charles Peguy, il exhorte à « garder ouverte la porte de l’espérance et de l’amour. Dieu nous a construits comme espérance ».

Nassir Abdulaziz Al-Nasser, président de la 66e Assemblée générale de l’ONU, exprime de son côté sa préoccupation pour l’augmentation des violations de la liberté religieuse dans le monde : « L’humanité doit construire des ponts assez solides pour résister aux chocs des différences », ajoute-t-il, annonçant des initiatives à ce sujet, de la part de l’ONU.