Un petit-déjeuner pas comme les autres

Récit d'un évêque italien

Rome, (Zenit.org) | 690 clics

« J’ai été touché par l’incroyable simplicité de l’évêque de Rome, par son approche si naturelle qui vous laisse sans voix », a déclaré l’évêque italien de Carpi, en Emilie-Romagne, Mgr Francesco Cavina, après une rencontre fortuite avec le pape François un beau matin alors qu’il prenait son petit-déjeuner.

Mgr Carvina est à Rome et se trouvait à la Maison Sainte-Marthe, la résidence d’accueil  des évêques et prêtres qui travaillent au Vatican et des religieux de passage à Rome,  où loge également le pape depuis son élection. 

Le pape François a en effet choisi pour le moment de vivre à Sainte-Marthe, en communion avec d’autres prêtres et évêques.

L’évêque prend son petit-déjeuner avant d’aller à l’université pour y donner ses cours, comme il fait d’habitude. Le pape François, voyant un évêque qu’il ne connaissait pas, demande qui il est puis s’approche de lui tout naturellement  pour le saluer.

« Une rencontre très émouvante », confie Mgr Cavina qui raconte que le pape  lui a dit savoir qu’il est « le pasteur du diocèse le plus touché par le tremblement de terre de mai dernier » et qui l’a chargé de transmettre sa bénédiction à tous les prêtres, religieux, religieuses, fidèles, et à tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté, en signe de proximité et d’affection.

En mai dernier, l’Emilie-Romagne, dans le nord de l’Italie, a été frappée en dix jours par deux tremblements de terre qui ont fait au total 23 morts et laissés 14.000 personnes sans-abri.

Le pape François, s’est empressé de savoir où en étaient les travaux de reconstruction et lui a recommandé encore une fois d’entretenir la flamme de l’espérance autour de lui, a ajouté l’évêque.

Mgr Cavina, encore tout ému par cette rencontre, révèle qu’elle fut très cordiale et d’un naturel qu’il n’est pas près d’oublier, tout comme ce geste de soutien et d’amitié qu’il a eu en lui faisant cadeau de petits souvenirs à distribuer aux fidèles de son diocèse, signes tangibles, selon lui,  d’une amorce de « dialogue » avec un pape qui s’est fait, tout de suite, proche de tout un chacun.

Le pape a ensuite offert à Mgr Cavina des souvenirs pour les fidèles de son diocèse: un signe tangible "de soutien et d'amitié". L'évêque y voit "le début d'un dialogue avec le pape proche de tous et de chacun".

Traduction d'Isabelle Cousturié