Un prêtre allemand suspendu de son ministère sacerdotal

Il donnait la communion à des non catholiques

| 1136 clics

ROME, lundi 21 juillet 2003 (ZENIT.org) – Un prêtre allemand a été suspendu pour avoir donné la communion à des non catholiques.



Mgr Reinhard Marx, évêque de Treveris, a décidé de sanctionner le père Gotthold Hasenhuettl, professeur émérite de l’Université de Saarbruecken, pour avoir violé les normes de l’Eglise catholique sur la communion aux non catholiques, annonce l’agence AP (Associated Press).

Le 29 mai, environ 2.000 personnes de différentes confessions chrétiennes s’étaient rassemblées dans l’église de Gethsémani, à Berlin, dans le cadre du premier Congrès Œcuménique des Eglises allemandes, le « Oecumenische Kirchentag », pour recevoir la communion des mains du père Hasenbuettl.

Mgr Marx a expliqué dans une déclaration, qu’il a pris cette décision après avoir consulté l’évêque de Graz-Seckau et le cardinal Sterzinsky de Berlin. « Le professeur Hasenhuettl avait ouvertement et plusieurs fois souligné qu’il n’était en aucun cas disposé à accepter les normes de l’Eglise à l’avenir. Un entretien, que j’ai eu avec le Pr. Hasenhettl a encore confirmé cette position », a-t-il déclaré.

« Cette décision va en blesser beaucoup, a reconnu l’évêque. Cela fait toujours mal quand on agit ainsi ». « Cette décision me coûte, a-t-il ajouté. Mais en tant qu’évêque, je ne peux pas renoncer à ma responsabilité. L’évêque n’est pas au-dessus du droit. L’évêque est, comme le Pr. Hasenhuettl, tenu d’obéir aux normes de l’Eglise qui sont au service de la foi ». « En tant qu’évêque, j’ai le devoir particulier de veiller à l’unité de l’Eglise », a-t-il déclaré.

« L’Eglise n’est pas un système arbitraire dans lequel chacun peut fixer les règles en fonction de ses convictions personnelles, a-t-il poursuivi. L’Eglise est plus qu’une société civile. Elle a des normes qui ont été décidées par le Christ lui-même et qui ne doivent pas être changées par l’Eglise, comme les sacrements et l’office de l’évêque. Il y a aussi des normes qui ont été fixées par les hommes, et qui sont au service de la foi commune. C’est là le rôle du pape et des évêques en tant que législateurs. Les prêtres, qui ont reçu une mission de l’Eglise, ne peuvent pas interpréter ces normes à leur manière et établir eux-mêmes des normes ».

Mgr Marx estime que cette affaire « jette une ombre sur l’œcuménisme et les vrais efforts vers l’unité ». « Ce n’est pas avec les belles apparences et en passant sous silence les différences qui existent encore que nous parviendront à l’unité que nous voulons tous », a-t-il déclaré.

Mgr Marx explique qu’il va également être obligé de retirer son autorisation ecclésiastique d’enseigner au Pr. Hasenhuettl. Mais « une suspension n’est pas un act définitif », précise-t-il. L’évêque espère en effet que le Pr. Hasenhuettl va « se montrer conciliant et déclarer clairement qu’il reconnaît les normes de l’Eglise et accepte de les respecter ».

Le cardinal Joachim Meisner, archevêque de Cologne, appuie la décision de Mgr Marx, déclarant que « la suspension était inévitable ».