Un saint qui s'appelle "mon messager"

A la charnière des deux Testaments

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 389 clics

Le martyrologe romain fait aujourd'hui mémoire du saint prophète d'Israël Malachie (v. 450 av. J.-C.).

Malachie naquit à Sapha, et son nom signifie "mon messager". Le livre de ce dernier des "douze petits prophètes" se trouve placé par le canon de l'Eglise catholique à la charnière de l'Ancien et du Nouveau Testament, entre les prophèties de Zacharie et l'évangile de saint Matthieu.

Malachie a pour mission de rappeler les exigences de Dieu à la communauté israélite menacée de relâchement à la suite de la restauration du Temple. Il critique le culte formaliste et annonce le sacrifice parfait de l'ère messiajnque: les Pères de l'Eglise y ont vu une préfiguration de l'Eucharistie.

Le premier oracle du livre commence par ces paroles: "Je vous ai aimés". Il s'achève par ces versets: "Rappelez-vous la Loi de Moïse, mon serviteur (…). Voici que je vais vous envoyer Elie le prophète avant que n'arrive le Jour du Seigneur, grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils et le cœur des fils vers leurs pères (…)".

Ce retour d'Elie est un trait important de l'eschatologie. Il est  invoqué aujourd'hui lors de la célébration familiale de la Pâque juive. Jésus a expliqué qu'Elie était venu dans la personne de Jean-Baptiste, le Précurseur (cf. Mt 11, 7-14; 17, 1-13).