Un tweet du pape peut aider à trouver le sens de sa vie

Entretien avec Mgr Claudio Maria Celli

Rome, (Zenit.org) José Antonio Varela Vidal | 1280 clics

Evoquant le désir de Benoît XVI "d’être aux côtés des hommes et des femmes d’aujourd’hui" sur les réseaux sociaux et notamment Twitter, Mgr Celli estime que même si "un tweet n’a que 140 caractères", ces quelques mots "peuvent avoir un contenu profond qui peut aider l’homme à redécouvrir le sens profond de sa vie".

La semaine dernière, Benoît XVI a présenté au monde son Message pour la journée mondiale des communications sociales, qui sera célébrée le 12 mai prochain, sur le thème : «  Réseaux sociaux : portes de vérité et de foi ; de nouveaux espaces d’évangélisation ».

Mgr Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales, analyse ce message pour les lecteurs de Zenit. Il explique notamment le rapport que le Saint-Siège entretient avec les nouvelles technologies dans son travail quotidien et donne sont point de vue sur des initiatives telles le compte Twitter du pape qui, à un mois de son lancement, vient de franchir le seuil des deux millions et demi de contacts.

***

Zenit - Excellence, quelles ont été les premières réactions au message du pape pour la 47e Journée mondiale des communications sociales ?

Mgr Celli - En faisant le tour de la presse internationale, il me semble que le message du pape a été bien accueilli partout. Je crois qu’on a finalement pris conscience que les réseaux sociaux ont besoin de la présence d’hommes et de femmes de bonne volonté. Ceux-ci ne sont pas un outil que l’homme allume ou éteint, mais un espace où, effectivement, il vit; comme une grande place où l’on rencontre d’autres personnes et où il est possible de redécouvrir le sens profond de sa propre vie.

Je pense que c’est précisément un des grands défis que le message du pape veut affronter. Comme l’écrit Benoît XVI, la recherche du vrai, du sens de la vie, n’est souvent pas perçue immédiatement, et parfois les nouvelles technologies mélangent un peu les idées en noyant les personnes de messages, de propositions. Apparaît alors un grand problème de discernement.

D’après vous, existe-t-il « un profil » particulier de celui qui veut évangéliser sur le web?

Non, je dirais qu’il n’y a pas de profil spécifique, je parlerais plutôt d’hommes et de femmes de notre temps qui ont accueilli dans leurs cœurs le Seigneur Jésus et son message et qui cherchent à le transmettre et à le vivre à travers les réseaux sociaux. Sur le web, on est en contact avec d’autres personnes, voilà pourquoi le Saint-Père a parlé aussi d’authenticité, de recherche de la vérité. Comme je l’ai dit tout à l’heure, il y a un grand risque dans ces réseaux sociaux : être soumis à une avalanche de messages, parfois négatifs, où il n’est pas toujours facile de discerner, de comprendre.

Je suis donc très reconnaissant au pape qui nous invite à découvrir quelles sont les pulsions et les tensions des hommes et des femmes aujourd’hui. Car, comme on peut lire dans le texte du message, « les réseaux sociaux sont profondément liés à l’inquiétude du cœur humain ». Ils sont un nouvel espace pour comprendre que le Seigneur Jésus est à nos côtés.

Les réseaux sociaux sont donc beaucoup plus que de simples outils de communications ?

Ce ne sont pas des outils mais des cadres de vie, ce sont des réalités que « j’habite ». Je  n’utilise donc pas les réseaux sociaux uniquement pour annoncer l’Evangile, mais en habitant le réseau social, par mon témoignage, par mon annonce, j’annonce Jésus-Christ, sa parole, sa proposition.

Dans un message écrit il ya quelques années, Benoît XVI parlait même d’une « diaconie de la culture numérique », invitant les évêques à former eux aussi un petit groupe de prêtres qui puissent agir sur le web, y exercer une vraie pastorale.

Quels défis ce nouvel univers fait-il apparaître ?

Dans ce domaine des nouvelles technologies, la question du langage est un thème très délicat, dans le sens où il faut avoir la capacité d’utiliser un langage compréhensible pour tous les hommes et toutes les femmes de notre temps. Le pape dit en effet dans son message que l’on ne s’attend pas seulement à une citation formelle de la parole de l’évangile. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas seulement de répéter quelques passages des Ecritures, mais celui qui habite Internet doit témoigner, par sa vie même, qu’il existe un rapport existentiel entre la vie et l’Evangile.

Le pape lui-même nous a montré l’exemple en entrant sur Twitter. Son désir était justement d’être aux côtés des hommes et des femmes d’aujourd’hui, et de rester auprès d’eux par sa Parole. Oui, un tweet n’a que 140 caractères, toutefois ces quelques mots peuvent avoir un contenu profond qui peut aider l’homme à redécouvrir le sens profond de sa vie.

Que pensez-vous des réactions négatives, parfois de vraies attaques, contre le compte du pape ?

Ce que j’ai vu pour l’instant, ce sont surtout de grandes réactions positives. Quand nous avons présenté le premier tweet du pape, j’ai parlé d’« étincelles de vérité » et de « pilules de sagesse ». Voilà, dans cette « désertification spirituelle » qui, comme dit le pape, ne cesse de s’agrandir, une « goutte de rosée », comme peut l’être une phrase du pape brève mais profonde, peut étancher la soif de l’homme et l’aider à avancer dans son cheminement. C’est pourquoi, malgré les critiques, les offenses, et certains messages parfois très lourds qui nous sont effectivement arrivés,  j’estime que la décision du pape d’entrer dans le monde des réseaux sociaux est plus que positif. Je le redis, il faut être présent dans le contexte des réseaux sociaux, pas seulement pour y habiter mais pour témoigner des valeurs auxquelles nous croyons.

Vous avez souvent invité à « retweeter » les messages du pape …

Oui, je me suis permis d’inviter les amis du pape à « retweeter » à leurs amis chaque post du Saint-Père. Si chaque internaute envoyait le message du pape à au moins dix de ses amis nous atteindrions déjà les 25 millions de followers, et ainsi de suite …

De quelle manière la communication sociale catholique collaborera à la nouvelle évangélisation ?

Je crois que l’invitation à évangéliser s’adresse à tout le monde. Chaque disciple de Jésus Christ doit prendre cette responsabilité qui est liée à son baptême, l’assumer, c’est-à-dire qu’il doit se faire « annonce », « instrument », « présence », « proposition ». Cela est un point de référence fondamental. Cet élan évangélisateur aidera toute personne à faire bon usage de ce que la technologie met à sa disposition.

Quelles sont actuellement les projets de votre dicastère ?

En ce moment nous poursuivons l’initiative de Twitter qui grandit tous les jours, enregistrant de plus en plus de followers. Et nous tâchons de faire en sorte que les tweets du pape puissent se répandre le plus largement possible. Une autre initiative est celle du site news.va, qui rassemble les informations des divers organes de communication du Saint-Siège.

Aujourd’hui sur news.va, le nombre des visiteurs oscille entre les 12.000 et 30.000 personnes chaque jour. Et je suis sûr que petit à petit ce nombre augmentera. Pour nous ce site est très important car il nous permet d’être présents et de pouvoir offrir de nouvelles mises à jour trois fois dans la journée.

D’autres projets en vue ?

L’application pour Smartphones qui permettra d’avoir immédiatement accès à des films du pape, ou à la transmission de ses grandes audiences, à l’angélus ou à une cérémonie à saint-Pierre, est déjà active.  Ce projet accompagne le grand et lumineux magistère de ce pape.

Traduction d’Océane Le Gall