Une Arabe catholique : première béatification en Israël

Benoît XVI présente la figure de sœur Marie-Alphonsine

| 3194 clics

ROME, Dimanche 22 novembre 2009 (ZENIT.org) - C'est la première béatification en Israël : la servante de Dieu Marie-Alphonsine a été béatifiée aujourd'hui à Nazareth, en la basilique de l'Annonciation. Benoît XVI a évoqué, après l'angélus de ce dimanche, place Saint-Pierre, la belle figure de cette Arabe catholique, fondatrice des sœur du Rosaire, si active en Terre Sainte.

En effet, le pape Benoît XVI a décidé en 2005 que les béatifications auraient lieu dans la mesure du possible dans les diocèses des futurs bienheureux, et seraient présidées par un envoyé spécial qui le représenterait. Seules les canonisations seraient présidées par le pape. La célébration a été présidée par le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, entouré de plusieurs évêques catholiques des Eglises d'Orient, de Terre sainte et de milliers de fidèles.

« La cérémonie de béatification de soeur Marie-Alphonsine Danil Ghattas a lieu aujourd'hui à Nazareth, a rappelé le pape. Elle est née à Jérusalem en 1843 dans une famille chrétienne, qui comprenait dix-neuf enfants. Elle découvrit très tôt sa vocation à la vie religieuse pour laquelle elle se passionna, en dépit des difficultés initiales venues de sa famille ».

Le pape a salué en elle la fondatrice d'une communauté locale vouée à l'éducation, en disant : « Elle a eu le mérite de fonder une congrégation formée seulement de femmes du lieu, avec pour but l'enseignement religieux, pour vaincre l'analphabétisme et élever la situation des femmes de cette époque sur la terre où Jésus lui-même en a exalté la dignité ».

Commentant le nom de la congrégation, Benoît XVI a précisé la force spirituelle de la fondatrice : « Le point central de la spiritualité de cette nouvelle bienheureuse est son intense dévotion à la Vierge Marie, modèle lumineux de vie entièrement consacrée à Dieu : le saint rosaire était sa prière continuelle, son ancre du salut, sa source de grâces ».

Et à propos de la béatification, Benoît XVI a en une pensée spéciale pour les chrétiens de Terre sainte : « La béatification de cette figure de femme si significative est un réconfort spécial pour la communauté catholique de Terre Sainte, et une invitation à se confier toujours, avec une ferme espérance, à la Providence divine, et à la protection maternelle de Marie ».

Benoît XVI avait en effet approuvé, en juillet dernier, le décret reconnaissant un miracle dû à son intercession.

Les Dominicaines du saint Rosaire, appelées habituellement « soeurs du Rosaire », sont encore aujourd'hui très actives en Terre sainte et dans de nombreux pays arabes. Elles ont une maison d'accueil des pèlerins à Jérusalem Ouest, rue Agron, et une école, qui accueille des enfants de différentes nationalités.

Mais la congrégation est aussi engagée dans d'autres domaines sociaux comme le travail dans des hôpitaux, des dispensaires, des maisons pour personnes âgées, des orphelinats et l'hôtellerie pour les pèlerins.

Mère Marie-Alphonsine Danil Ghattas est née à Jérusalem le 4 octobre 1843 et elle est décédée le 25 mars 1927, en la fête de l'Annonciation, à l'heure qu'elle avait prédite.

Entrée à 14 ans chez les Soeurs de Saint-Joseph de l'Apparition, elle dut à des révélations privées de la Vierge Marie la fondation d'une congrégation palestinienne qui porterait le nom de Soeurs du Rosaire. En 1880, sept jeunes filles, préparées par le P. Joseph Tannous, reçurent l'habit religieux de la nouvelle fondation des mains du patriarche, Mgr Bracco.

Soeur Alphonsine quitta la communauté des Soeurs de Saint-Joseph avec la permission de Rome, et entra dans la nouvelle congrégation.

Elle reçut l'habit des mains de Mgr Pascal Appodia, l'auxiliaire du patriarche le jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire, le 7 octobre 1883.

En 1885, elle rejoignit la maison de Jaffa de Galilée, près de Nazareth, fonda l'année suivante l'école des filles de Beit Sahour, avant d'être envoyée à Salt, en Transjordanie, avec trois compagnes, puis à Naplouse, avant de rentrer à Jérusalem à cause de sa santé. Rétablie, elle partit pour la maison de Zababdeh.

Elle assista, à Nazareth, dans ses derniers instants, le P. Joseph Tannous, qui avait aussi été son directeur spirituel.

Elle revint ensuite à Bethléem ouvrir un atelier de couture, puis à Jérusalem en 1909, et à Ain Karem pour ouvrir un orphelinat.

Sœur Ildefonse, actuelle secrétaire générale de la congrégation du Rosaire, a évoqué, en septembre dernier, au micro de Radio Vatican, la béatification de Mère Marie Alphonsine Danil Ghattas comme « un événement extraordinaire », car c'est « la première fois que l'on a une béatification en Terre Sainte » et, elle soulignait que « tout le monde, pas seulement les sœurs du Rosaire, tous les chrétiens sont enthousiastes ».

Elle soulignait aussi que la basilique de l'Annonciation est « la plus grande église » de Terre sainte : « On n'a pas une église à Jérusalem qui puisse accueillir tout ce monde là : nous attendons 2000, 3000 chrétiens ».

Plus encore, pour sœur Ildefonse, cette béatification constitue « une grâce sans précédent » , source de « renouvellement spirituel » et elle a été préparée dans le jeûne, l'abstinence et des heures d'adoration.

Anita S. Bourdin