Une authentique pastorale de la culture, pour la nouvelle évangélisation

Intervention du cardinal Paul Poupard

| 484 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 3 octobre 2001 (ZENIT.org) - « Une foi qui ne devient pas culture est une foi qui n´est pas pleinement accueillie, entièrement pensée et fidèlement vécue »: le cardinal Paul Poupard, président du conseil pontifical de la culture a centré son intervention au synode sur ce thème. Il affirme, dans son intervention de mardi, 2 octobre: «Une authentique pastorale de la culture est décisive pour la nouvelle évangélisation».



Le ministre de la culture de Jean-Paul II précisait: "L´enjeu décisif de la pastorale de la culture a été clairement défini par le Saint-Père, lorsqu´il a créé, voici bientôt vingt ans, le Conseil Pontifical de la Culture: « Une foi qui ne devient pas culture est une foi qui n´est pas pleinement accueillie, entièrement pensée et fidèlement vécue.»".

Son dicastère a proposé des réponses à cette interpellation: "Pour y répondre, dit le cardinal Poupard, le Conseil Pontifical de la Culture a présenté aux Evêques le Document Pour une pastorale de la culture, symboliquement publié en la Solennité de la Pentecôte 1999, dans la conviction que « l´enjeu d ´une pastorale de la culture est de restituer l ´homme dans sa plénitude de créature « à l ´image et à la ressemblance de Dieu » (Gn 1, 26) en l’arrachant à la tentation anthropocentrique de se considérer indépendant du Créateur »(n° 2). Il s´agit non seulement de greffer la foi sur les cultures, mais aussi de redonner vie à un monde déchristianisé dont souvent les seules références chrétiennes sont d´ordre culturel".

C´est le rôle en particulier des "Centres Culturels Catholiques", "véritables laboratoires de la foi", rappelle le cardinal Poupard. "Forums "comblant le fossé entre l´Evangile et la société contemporaine", les Centres Culturels Catholiques - dont la deuxième édition de l´Annuaire publié par le Conseil Pontifical de la Culture contient plus de mille adresses fournies par les Conférences épiscopales - sont des "lieux d’écoute, de respect et de tolérance" qui permettent à l´Eglise "de faire connaître très largement, dans un dialogue créatif, les convictions chrétiennes sur l´homme, la femme, la famille, le travail, l’économie, la société, la politique, la vie internationale, l´environnement." Ces Centres aux multiples facettes sont de véritables laboratoires de la foi où s´opère la rencontre avec les cultures vivantes et s’établit un dialogue fécond entre l’évangile et les hommes de science, les artistes, les croyants d´autres religions, particulièrement dans les pays du Bassin méditerranéen, l´Afrique, l´Asie et souvent avec ceux que nous appelons les non-croyants".

Auparavant, le nom du dicastère confié au cardinal Poupard le vouait au "dialogue avec les non-croyants". Or, remarque le cardinal "l´incroyance" a changé, il parle d´un "athéisme d´accoutumance" et "d´apostasie silencieuse". "Si l´incroyance, dit-il, surtout dans les sociétés occidentales, n´est plus ce qu´elle était, l’athéisme réfléchi se rencontre plutôt du côté des sciences de la vie, des sciences humaines et de la culture médiatique. Une vision du monde tout à fait athée engendre un athéisme d´accoutumance dans un horizon intra-mondain où Dieu semble avoir disparu, non seulement de la raison, mais aussi de la mémoire. Dieu considéré comme dépassé par la raison, incompatible avec une pensée critique, est devenu totalement superflu pour des centaines de millions d´hommes et de femmes, véritable apostasie silencieuse cachée derrière l’indifférence tranquille d´une culture immanentiste qui envahit des pans entiers de 1 ´Occident et se propage à travers les continents. Serviteurs de l´Evangile de Jésus-Christ pour l’espérance du monde, comment le serions-nous si nous ne faisions tout pour y répondre?"

La proclamation de la Parole de Dieu apparaît dans ce tableau comme une "urgence", conclut le cardinal Poupard qui rappelle: "Les cinq Assemblées extraordinaires continentales du Synode des Evêques ont dressé devant nous: un panorama des conditions de vie et de la culture de leurs pays ou se mêlent gaudium et spes, luctus et angor hominum hujus temporis, d´où ressort l´urgente nécessité de la proclamation de la Parole de Dieu au cœur des cultures des hommes et des femmes de notre temps".

C´est une tâche "gigantesque" qui est confiée à l´évêque du IIIe millénaire: "éteindre les foyers incandescents de contre-culture de mort" pour "créer" une "civilisation de l´amour". "« Une authentique pastorale de la culture est décisive pour la nouvelle évangélisation », affirme le cardinal français. Ce Synode sur le ministère de l’Evêque, prophète d’espérance pour le monde au nom du Christ, ne manquera pas de proposer des voies adaptées, anciennes et nouvelles, pour cette tâche gigantesque, sous l´impulsion de l´Esprit qui renouvelle la face de la terre. Evangéliser la culture, c´est aussi éteindre les foyers incandescents de contre-culture de mort et créer avec tous les hommes de bonne volonté, cette civilisation de l´amour où les hommes de toutes cultures sauront vivre en frères, si nous les aidons à se redécouvrir en Jésus-Christ fils de Dieu Amour, Père de tous les hommes".