Une économie de communion pour surmonter la crise

Le mouvement des Focolari à un congrès des entreprises

| 994 clics

Antonio Gaspari

Traduction d’Océane Le Gall

ROME, vendredi 21 septembre 2012 (ZENIT.org) – « Contrairement à l’économie de consommation basée  sur la culture de  « l’avoir », l’économie de la Communion est l’économie de la  « dette ».

Cette phrase de Chiara Lubich, fondatrice et présidente du mouvement des Focolari, décédée en 2008, écrite sur le tee-shirt des jeunes bénévoles de "Loppiano Lab", renferme tout le sens de "l’expo" économique, qui s’est ouverte jeudi, 20 septembre, à Loppiano, près de Florence (Italie) et s’achèvera le 24 septembre prochain.

"L’expo" se présente comme un congrès des entreprises qui font de l’économie de communion leur pratique quotidienne, s’engageant à construire une plateforme commune de dialogue, de projet et innovations qui sont sources de confiance et d’espérance.

 « Italie Europe. Un seul chantier entre jeunes, travail et nouveauté » : tel est le thème de ces quatre jours articulés en rencontres, débats, séminaires, ateliers, stages, espaces de collaboration entre entreprises, travailleurs, citoyens et jeunes, à une moment où « les ombres de la crise paraissent éteindre la lumière du soleil », soulignent les organisateurs.

Ils précisent : « Ce sont 50 entreprises qui essaieront de construire des synergies pour produire du travail innovant et un avenir ».

« La nouveauté est la voie maitresse pour l’emploi », a notamment souligné  Eva Gullo, la présidente de « Economia di Comunione SpA » (Poole Lionello Bonfanti), expliquant que  pour cette raison, « les thèmes  du travail et de l’innovation auront une space privilégié pour le lancement de nouveaux projets et investissemnts, avec une attention particulière aux secteurs des sources renouvelables, de l’économie locale et de l’agriculture ».

Autre intervention à l’ouverture de ces journées, celle de Francesco Tortorella , président d’une coopérative éco-solidaire qui commercialise des sacs et des vêtements au Brésil et en Uruguay, qui a dit avoir appris à LoppianoLab  « une manière plus avancée d’entrer en relation avec les entrepreneurs et les consommateurs »

Selon lui, « après avoir rétabli la confiance et avoir partagé fraternellement les difficultés, il est possible de créer un réseau international d’économie de communion, aussi dans le secteur des agents du tourisme responsable ».

L’économie de Communion, dont Chiara Lubich était l’inspiratrice et promotrice, est un projet qui anime quelque 800 entreprise dans le monde entier.  Centré sur la personne humaine, il propose une culture économique axée sur la gratuité et la réciprocité.

A ce propos, le coordinateur du projet, Luigino Bruni, a insisté sur le fait qu’il s’agit d’une économie axée sur « la production et le travail et non sur la spéculation et le revenu ».

Les principaux promoteurs et sponsor de LoppianoLab sont : le centre international du mouvement des Focolari de; l’Institut universitaire Sophia; il pole Lionello Bonfati et le groupe éditorial Città Nuova.